mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Internet > Facebook est un redoutable outil de surveillance

Facebook est un redoutable outil de surveillance

Luca Sabbatini, Tdg.ch

lundi 26 avril 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Spécialiste des questions liées à la surveillance électronique et aux limites de la vie privée, le professeur David Lyon était l’invité de l’Université de Genève la semaine dernière.

Dans son célèbre roman 1984, George Orwell décrivait un état totalitaire où chaque citoyen était surveillé par l’œil omniprésent de Big Brother. En sommes-nous si éloignés ? Obsédées par la sécurité, nos démocraties dites libérales enregistrent, contrôlent et archivent électroniquement nos moindres faits et gestes – la plupart du temps à notre insu ou dans la plus complète indifférence.

Des caméras nous filment dans les rues et les lieux publics. Les passeports biométriques conservent les traces de nos voyages à l’étranger. Les cartes de crédit ou de fidélité mémorisent nos achats. Et les réseaux sociaux du Web dévoilent nos secrets intimes. Mais au fond, pourquoi s’en inquiéter ? Moins de sphère privée, n’est-ce pas un prix raisonnable à payer en échange d’une relative sécurité ? Et puis ceux qui n’ont « rien à cacher » n’ont « rien à craindre », n’est-ce pas ? A moins que…

« Quand on dit aux gens que leurs données personnelles sont accessibles par d’autres ou que des caméras les filment, ils ne s’en inquiètent pas, sous prétexte qu’ils n’ont « rien à cacher ». Ça ne les dérange pas d’être observés. Cependant, peu de gens savent exactement comment ces données sont utilisées et par qui. » Et c’est là que réside le danger.

Directeur du Surveillance Studies Centre et professeur de sociologie à la Queen’s University de Kingston, au Canada. David Lyon a consacré de nombreux ouvrages aux questions liées à la surveillance et à la protection de la sphère intime. Invité la semaine dernière par le département de sociologie de l’Université de Genève, il en a profité, avec une conférence intitulée Rien à cacher, rien à craindre ?, pour souligner « l’attitude complaisante du public » face aux assauts qui minent nos libertés,

En effet, les technologies actuelles permettent à ceux qui les maîtrisent de fouiller nos vies comme jamais auparavant, servant aussi bien les excès sécuritaires des gouvernements que l’appétit commercial des multinationales. « Nous sommes entrés dans l’ère de la globalisation de l’information personnelle », résume le professeur.

Comment expliquer l’obsession de notre époque pour la surveillance qui prend souvent des allures d’espionnage légal ? « Les causes sont multiples. Les avancées technologiques, notamment, rendent désormais possible une surveillance à large échelle. » Depuis la fin du XXe siècle, remarque David Lyon, « on croit que les problèmes sociaux et politiques peuvent être résolus par la technologie ». Alors même que « des indices évidents, parfois même catastrophiques, tendent à prouver le contraire ». Les lois liberticides promulguées aux Etats-Unis après les attentats du 11 Septembre en sont un exemple flagrant.

Corollaire de cette dérive idéologico-technologique, la montée en puissance de la surveillance entraîne un détournement de « systèmes prévus à l’origine pour autre chose ». Facebook, par exemple, s’est transformé en un « redoutable outil » de récolte de données et de surveillance à mesure qu’il gagnait en popularité en tant que réseau social. Pourtant, ses utilisateurs ne semblent pas trop s’en offusquer…

« Il est faux de croire que les gens ne se soucient pas de ce qui arrive à leurs données privées, assure le sociologue. Chacun à des attentes différentes en fonction du contexte. Ce que l’on publie sur Internet pour ses amis après une soirée n’est pas nécessairement ce qu’on veut que son employeur découvre le lendemain. En même temps, il ne faut pas oublier que notre culture est très expressive : le désir de se mettre en scène est aussi fort que celui de préserver son intimité. »


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :