dimanche 10 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’Agence Européenne de Défense s’attaque aux bombes (...)

L’Agence Européenne de Défense s’attaque aux bombes artisanales

Ministère de la Défense

mercredi 28 avril 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Les ministres de la défense européens se sont retrouvés en marge du Conseil « Affaires étrangères »de l’union européenne, au sein du comité directeur de l’Agence Européenne de Défense (AED), à Luxembourg le 26 avril 2010, sous la présidence de Catherine Ashton, haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et présidente de l’AED.

Durant le comité, un projet de plan de travail portant sur la période 2011-2013 a été présenté aux ministres. Parmi les points importants abordés par le document, le conseil a salué « les travaux concernant la mise à jour du plan de développement des capacités et le lancement de nouveaux projets et initiatives. Par exemple dans les domaines de la lutte contre les engins explosifs improvisés ».

Les ministres ont ainsi décidés de coopérer autour d’un « laboratoire de terrain » destiné à lutter contre les engins explosifs improvisées (IED). Une initiative qui sera pilotée par la France. Ce laboratoire devrait être déployé en Afghanistan d’ici juin 2011. « Cette décision montre que l’AED peut accoucher de résultats concrets », s’est félicité Mme Ashton.

Le financement de la recherche et développement de défense au niveau européen a également été évoqué. Les ministres de la défense ont ainsi lancé des programmes de recherche et technologie (R&T) sur la protection chimique, biologique, radiologique et nucléaire (NRBC), ainsi que dans le domaine des systèmes de drones aériens.

Enfin, après le volet politique abordé durant le conseil « Affaires étrangères », la surveillance maritime a également fait l’objet de discussions durant le comité de direction de l’AED. Un rapport d’experts présenté par l’agence a insisté sur le besoin de mettre en réseau les moyens de surveillances maritimes, nationaux et internationaux, civils et militaires. Les recommandations formulées par le document constitueront, selon le comité, « une contribution importante » au travail d’intégration des surveillances maritimes conduit par la Commission européenne.

Guillaume Claret


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :