vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Attentat raté à New York : le suspect inculpé

Attentat raté à New York : le suspect inculpé

Le Figaro

mercredi 5 mai 2010, sélectionné par Spyworld

logo

L’homme arrêté lundi soir, un Américain d’origine pakistanaise, a reconnu son implication et sera poursuivi pour terrorisme. Deux personnes soupçonnées d’avoir un lien avec lui ont été interpellées à Karachi.

Deux jours après l’évacuation du quartier de Times Square, à New York, l’enquête avance. Un homme identifié comme un ressortissant américain d’origine pakistanaise a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi et inculpé de cinq chefs d’accusation par un tribunal de Manhattan, dont celui de tentative d’usage d’une arme de destruction massive.

Faisal Shahzad, âgé de 30 ans, a reconnu avoir acheté la voiture et tenté d’actionner la bombe en plein coeur de New York. Les procureurs ont également indiqué que l’homme a avoué avoir suivi dans des camps des taliban et d’Al Qaïda une formation à la confection de bombes, au Waziristan, région montagneuse du Pakistan limitrophe de l’Afghanistan. Plus tôt dans la journée, il avait assuré aux enquêteurs sceptiques qu’il avait agi seul et qu’il n’avait aucun lien avec des groupes extrémistes pakistanais.

Le directeur adjoint du FBI, John Pistole, a pour sa part indiqué que Faisal Shahzad avait « fourni des informations et des éléments de preuve intéressants ». John Pistole a également précisé que la voiture piégée garée à Times Square était remplie d’essence, de propane et de pétards : des éléments rudimentaires qui n’auraient pas produit grand dommage s’ils avaient explosé.

Emirates a-t-elle commis une erreur ?

La chaîne CNN a diffusé des images du suspect où il apparaît souriant, portant un collier de barbe et les cheveux courts. Selon la presse américaine, il vivait dans le Connecticut, au nord-est de New York, où le FBI menait l’enquête mardi matin. Reconnu dans la nuit de lundi à mardi par des douaniers à l’aéroport Kennedy de New York, Faisal Shahzad a été interpellé peu avant minuit alors qu’il allait s’envoler pour Dubaï. Selon un responsable de la compagnie Emirates, Shahzad avait un aller simple pour Islamabad.« Un responsable est monté dans l’avion, et a dit qu’il y avait un problème avec ses bagages. Ils l’ont emmené et il n’est jamais revenu », a indiqué un passager à l’AFP.

La compagnie aérienne avait indiqué mardi que trois passagers avaient été débarqués par les autorités américaines dans le cadre de l’enquête. Mais elle a précisé dans un nouveau communiqué mercredi qu’un seul passager avait été arrêté et que les deux autres avaient été autorisés après des vérifications à prendre le vol.

Interrogé pour savoir si Emirates avait fait une erreur en laissant embarquer Faisal Shahzad, alors qu’il avait été placé sur la liste des personnes interdites de vol, le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, a indiqué que « l’enquête en cours » allait répondre à cette question.

Deux suspects interpellés au Pakistan

Selon le New Tork Timesles autorités, Faisal Shahzad avait acheté le 4x4 piégé il y a trois semaines, en payant 1.300 dollars en liquide. Les enquêteurs ont retrouvé sa trace en interrogeant l’ancien propriétaire du véhicule. Des sources proches de l’enquête ont par ailleurs indiqué que Faisal Shahzad avait récemment passé cinq mois au Pakistan, où il aurait une femme. Il aurait séjourné à Peshawar, la grande ville du nord-ouest du pays, proche de la frontière afghane, l’un des centres de recrutement des talibans et de leurs alliés du réseau al-Qaida.

Mardi, les autorités pakistanaises ont d’ailleurs interpellé à Karachi deux suspects sur la base de communications téléphoniques les reliant à Shahzad. Des recherches sont en cours pour savoir si ces personnes étaient les destinataires d’appels faits à partir du téléphone mobile du suspect ou si leurs numéros ont simplement été détournés par d’autres personnes. Un responsable local de la sécurité à Karachi a indiqué qu’il s’agissait de membres de la famille de Faisal Shahzad.

Officiellement, les enquêteurs n’ont pas de preuve liant cette tentative à al-Qaida ou une autre organisation terroriste majeure, bien que deux vidéos des talibans pakistanais allant dans ce sens aient émergé sur Internet. L’une est une vidéo datée selon les spécialistes de début avril, dans laquelle leur leader Hakimullah Mehsud promettait de nouvelles attaques contre les villes américaines. Mehsud était donné pour mort depuis plusieurs mois. Une information qui reste à confirmer par les services de renseignement américains. Dimanche, des talibans pakistanais avaient déjà revendiqué la responsabilité de la tentative d’attentat. Mais les autorités américaines ont jusqu’ici mis en doute le sérieux de cette revendication.« Nous travaillons étroitement avec le gouvernement du Pakistan » sur ce dossier, a déclaré mardi le porte-parole du département d’Etat, Philip Crowley.

Mardi, le président américain a assuré que les Etats-Unis ne se laisseraient pas « terroriser » après cet attentat raté, soulignant qu’il s’agissait d’un rappel brutal des menaces qui pèsent sur la sécurité du pays. « Justice sera rendue, nous allons continuer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger le peuple américain », a -t-il ajouté.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :