mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > CGI envahit la défense et le renseignement aux États-Unis

CGI envahit la défense et le renseignement aux États-Unis

Louis-Pierre Côté et Michel Munger Argent, Canoe.ca

vendredi 7 mai 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le Groupe CGI (GIB.A) fait une acquisition aux États-Unis, envahissant les secteurs de la défense et du renseignement.

CGI a conclu une entente visant l’acquisition de la firme Stanley (SXE), un fournisseur de technologies de l’information basé à Arlington en Virginie faisant affaire avec le gouvernement américain.

CGI a convenu de payer 37,50 $ US au comptant pour chacune des actions en circulation de Stanley, ce qui valorise l’entreprise à environ 1,07 G$ US. Le prix offert représente une prime de 23,3% par rapport au cours moyen du titre de Stanley négocié à la Bourse de New York au cours des 30 derniers jours.

La transaction, approuvée par les deux conseils d’administration, va accroître de façon significative les activités de CGI aux États-Unis, qui représenteront désormais près de la moitié de ses revenus.

Stanley compte environ 5000 employés répartis dans plus de 100 bureaux à travers le monde. Pour l’exercice financier 2009, Stanley a généré des profits nets de 37,2 M$ US sur des revenus de 779,7M$ US.

La défense et le renseignement

CGI affirme que le regroupement de Stanley et de sa filiale américaine CGI Federal, qui fournit des services au gouvernement des États-Unis, lui permettra de disposer de ressources et de compétences fortement accrues sur le marché des services gouvernementaux américains.

C’est ce que confirme Claude Séguin, vice-président développement de l’entreprise et investissements stratégiques.

« CGI va devenir un des 40 plus grands fournisseurs informatiques du gouvernement américain, avance-t-il. Jusqu’à maintenant, nous étions spécialisés dans les agences civiles du gouvernement. Stanley fait 75% de ses 900 M$ US de revenus annuels auprès de la défense et des renseignements. Ça va faire en sorte que nous passerons de 350 M$ US à 1,2 G$ US de revenus auprès de Washington lorsque l’acquisition sera complétée. »

Selon M. Séguin, Stanley est un choix très rentable avec une bonne réputation dans son milieu. « Pour nous, c’est une étape vers une croissance encore plus grande lors des prochaines années. CGI veut faire affaire dans les principaux marchés informatiques du monde. 85% des dépenses sont en Amérique du Nord, particulièrement aux États-Unis. »

Un défi d’intégration se pose avec l’arrivée de 5000 nouvelles personnes, admet le vice-président. « Cette acquisition sera faite avec les mêmes recettes que d’habitude. Nous allons nous assurer que ce soit positif pour nos revenus et profits dès la première année. »

L’opération sera financée au moyen des liquidités et des facilités de crédit existantes de CGI.

Pour l’année civile 2009, les deux sociétés regroupées auraient des revenus totalisant 4,5 G$ et compteraient 31 000 employés. Leur carnet de commandes dépasserait 13,5 G$, ce qui correspond approximativement à trois fois leurs revenus annuels.

La clôture de l’offre publique d’achat devrait avoir lieu au cours de l’automne 2010. Le cas échéant, les frais de résiliation, dans le cas où Stanley accepterait une offre supérieure à celle de CGI, n’ont pas été précisés.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :