mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > La Défense entend régler ses impayés d’ici la fin de l’été

La Défense entend régler ses impayés d’ici la fin de l’été

Reuters

jeudi 13 mai 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministère français de la Défense s’est dit mercredi déterminé à rattraper d’ici la fin de l’été le retard dans le paiement de factures qui s’est accumulé depuis plusieurs mois à cause d’un nouveau logiciel comptable.

La mise en place, depuis le 1er janvier, de Chorus, le nouveau système comptable et financier de l’Etat, a provoqué des retards de paiements importants de la part du ministère dirigé par Hervé Morin.

"Depuis début de l’année, les comptables ont payé 3,8 milliards d’euros, soit 55% de ce qui avait été payé l’an dernier à la même époque", a reconnu le porte-parole du ministère de la Défense, Laurent Teisseire, confirmant des informations parues dans Les Echos.

"On a eu des difficultés dans les tout premiers mois de l’année compte tenu des données informatiques sur les contrats en cours qui devaient être prises en compte par le nouveau logiciel, plus des éléments de paramétrage du logiciel qui se sont révélés perfectibles", a-t-il expliqué.

Le rythme de paiements a repris selon lui son cours normal à partir de début avril, à raison de 14.000 factures réglées chaque semaine.

"Le problème est cantonné et géré. Reste à récupérer le retard des quatre premiers mois", a dit Laurent Teissère. "L’objectif est de l’avoir totalement résorbé d’ici la fin de l’été".

Les retards de paiement ont mis en difficulté de nombreuses PME, au point, écrivent Les Echos, de faire l’objet d’une réunion entre des représentants des industries du secteur et le responsable des achats de la Direction générale de l’armement (DGA).

Selon Laurent Teisseire, le ministère de la Défense a dû recourir à des procédures de paiement en urgence, permettant de contourner les procédures habituelles.

"Les PME chez qui on détecte des problèmes de trésorerie font l’objet d’un suivi particulier", a-t-il ajouté.

Le logiciel Chorus n’est pas remis en cause pour autant.

"On avait quatre systèmes, on passe à un seul. C’est une nette amélioration de l’efficacté", a dit le porte-parole. "Les difficultés ne sont d’ailleurs pas spécifiques à la défense".

(Elizabeth Pineau, édité par Thierry Lévêque)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :