mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > "Clotilde Reiss n’a pas été employée par les renseignements"

"Clotilde Reiss n’a pas été employée par les renseignements"

Emilie Weynants, Lexpress.fr

lundi 17 mai 2010, sélectionné par Spyworld

logo

C’est ce qu’a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères ce lundi, après les déclarations de l’ancien cadre des services secrets, Pierre Siramy.

Le gouvernement français a "formellement et catégoriquement" réfuté ce lundi 17 mai tout lien entre Clotilde Reiss et les renseignements français. "Nous démentons les allégations selon lesquelles Clotilde Reiss aurait collecté des renseignements sur l’Iran au profit du gouvernement français et a fortiori qu’elle aurait été employée par les services de renseignement", a déclaré à la presse Bernard Valero, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Un démenti qui répond aux propos de Pierre Siramy. Cet ancien cadre de la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) avait affirmé dans la matinée sur Europe 1 que Clothilde Reiss, rentrée en France dimanche après avoir passé dix mois de détention en Iran "avait travaillé pour la France" à la demande de son service. "C’était un contact de notre représentant à Téhéran. Elle faisait des rapports sur des éléments d’ambiance. Elle l’a fait volontairement" a-t-il déclaré. Interviewé sur LCI, il a ajouté qu’elle avait exercé "au profit du pays pour collecter des informations, qui étaient de nature de politique intérieure (...) et d’autres qui étaient sur la prolifération nucléaire." Il a également mentionné que la jeune fille "était immatriculée à la DGSE". Lors d’un point presse, Bernard Valero, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a réfuté les allégations de Pierre Siramy. "En plus d’être totalement fantaisistes, elles sont irresponsables" a-t-il affirmé. La crédibilité de la thèse de Pierre Siramy est de plus un peu affaiblie fait aussi la promotion pour son livre 25 ans dans les services secrets paru en mars dernier.

Pour Jean-Dominique Merchet, blogueur sur Libération, il est certainement probable que Clothile Reiss ait eu des échanges avec l’ambassade de France à Téhéran, qu’elle ait parlé avec des diplomates et des conseillers scientifiques. "Mais de là à en faire une espionne, il y a un pas que Pierre Siramy franchit allègrement !", s’étonne le journaliste qui rapporte que le terme d’"immatriculation", utilisé par Siramy, "ne veut rien dire" à la DGSE. De plus, il souligne "un autre élément" qui plaide "contre ces affirmations". La jeune Française aurait commis des "imprudences", notamment en échangeant des mails avec son père. Ce dernier, cadre de la Direction des applications militaires (DAM) du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) lui aurait d’ailleurs permis d’avoir un stage au sein de l’organisme. C’est à cette occasion qu’elle avait rédigé son rapport sur le nucléaire iranien.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a indiqué qu’"après l’épreuve qu’elle a traversé, Clotilde Reiss mérite le réconfort et la tranquilité auprès des siens". Il a appelé les "auteurs de ces déclarations inacceptables" à respecter l’un et l’autre.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :