dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Initiation accélérée aux secrets d’Israël pour Ehud Olmert

Initiation accélérée aux secrets d’Israël pour Ehud Olmert

Dan Williams, Reuters

jeudi 5 janvier 2006, sélectionné par Spyworld

Ehud Olmert, désigné dans l’urgence à la tête du gouvernement israélien après l’hémorragie cérébrale d’Ariel Sharon, a été initié aux secrets les mieux gardés du pays, devant assimiler quantité d’informations en un temps extrêmement réduit. Selon une procédure mise en oeuvre deux fois seulement auparavant dans l’histoire d’Israël, l’ancien maire de Jérusalem a été briefé dès la nuit de mercredi à jeudi par les responsables de l’armée et du renseignement, précise-t-on de sources proches de la sécurité. L’expertise militaire d’Olmert, qui n’a jamais été qu’officier subalterne dans l’infanterie, est sans commune mesure avec celle de Sharon. Il lui revient pourtant d’assumer maintenant des responsabilités hautement sensibles en matière de sécurité. De source autorisée, on indique que le Premier ministre par intérim a passé au moins une heure avec le chef du Mossad (espionnage) puis une autre heure avec le directeur du Shin Bet (contre-espionnage). Il s’est également entretenu avec le chef du renseignement militaire et l’aide de camp d’Ariel Sharon. "Il existe des procédures, des chaînes de commandement connues du seul Premier ministre, tout ce qui est lié au programme stratégique clef", précise la même source en faisant allusion aux capacités nucléaires d’Israël. Israël, même si les autorités ne l’ont jamais confirmé ou démenti, dispose très probablement d’au moins 200 ogives nucléaires susceptibles d’équiper des missiles balistiques ou des avions à longue portée. Mais, en dépit de son rang de vice-Premier ministre, Olmert en ignorait sans doute pratiquement tout, ajoute-t-on de même source. Dans l’histoire d’Israël, cette procédure de succession accélérée ne s’était produite qu’à deux reprises : en 1968, à la suite de la maladie de Levi Eskhol, et en 1995, après l’assassinat d’Yizthak Rabin. Et encore, dans ce dernier cas, c’est un ancien Premier ministre, Shimon Peres, qui lui avait succédé, facilitant cette passation hors norme des pouvoirs.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :