lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > 3 nouvelles bases de défense en Champagne-Ardenne

3 nouvelles bases de défense en Champagne-Ardenne

France 3

jeudi 20 mai 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Hervé Morin, Ministre de la Défense officialise la création de 51 bases militaires en France, et non 80.

Les trois villes de la région sont : Saint-Dizier, Mourmelon-Mailly et Charleville-Mézières

Cette information a filtré via le site internet du député UMP de Saint-Dizier François Cornut-Gentile.

La lettre du Ministre de la Défense y est publiée. Hervé Morin y officialise la création de 51 bases en France.

En Haute-Marne, Saint-Dizier accueillera une grande base de défense, englobant la base aérienne 113 et le 61ème régiment d’artillerie de Chaumont.

La région Champagne-Ardenne comptera deux autres bases de défense : Mourmelon-Mailly et Charleville-Mézières.

La nouvelle carte militaire s’articulera autour de 51 "bases de défense" en métropole contre près de 80 prévues par les plans initiaux, indique un courrier du ministre de la Défense Hervé Morin publié sur le site internet du député (UMP) François Cornut-Gentille.

Présentées en 2008 comme la pierre angulaire de la restructuration des armées, les bases de défense ont vocation à réunir le "soutien" administratif et matériel (logement, ressources humaines, maintenance, alimentation, santé...) des unités situées dans leur périmètre géographique.

Dans ce courrier - daté du 17 mai et qui ne précise pas la localisation de ces 51 bases - le ministre souligne que la phase d’expérimentation conduite ces derniers mois "a montré la nécessité de constituer des bases de défense suffisamment larges". L’expérimentation, détaille-t-il, a également révélé la possibilité "de s’accommoder d’un délai de route de l’ordre d’une heure" entre unités de soutien et unités soutenues. La réduction du nombre de bases de défense n’aura cependant "pas d’impact sur les restructurations annoncées en 2008" en termes de suppression d’unités ou de réduction des effectifs, précise le ministre. Fin octobre, M. Morin avait déjà ramené le nombre de bases de défense de 90 (outre-mer compris) à 60 à 70. Le ministre avait par ailleurs confirmé les objectifs de réductions

d’effectifs, soit 54.000 postes d’ici à 2014. Interrogé par l’AFP, M. Cornut-Gentille s’est "réjoui qu’on ait arrêté bien avant l’été la liste des bases de défense" relevant que "l’incertitude sur leur nombre et leur localisation n’était pas bonne pour le climat au sein des armées". Pour autant, a souligné le député de la Haute-Marne, ces bases de défense devront "insuffler une nouvelle dynamique", sans constituer "une bureaucratie supplémentaire".

- Voir le site internet de François Cornut-Gentille (Député de la 2ème Circonscription de Haute-Marne)
- Lire la lettre d’Hervé Morin, Ministre de la Défense
- Le principe de base de défense

Qu’est-ce qu’une base de défense ?

La modernisation de la Défense va entrainer une évolution des conditions de soutien des unités qui sera organisé sur le principe de « Base de Défense » regroupant l’ensemble des activités existantes sur un même bassin de vie. Cette évolution est l’occasion d’interarmiser et de mutualiser les fonctions de soutien et d’administration générale.

La Base de Défense (BdD) est à l’échelon local l’unique formation administrative de la défense, qui regroupe l’ensemble du personnel militaire et civil présent dans un secteur géographique donné, ce secteur pouvant recouvrir une ou plusieurs communes proches les unes des autres (rayon de 30 km).

La BdD a pour mission essentielle d’assurer l’administration générale et le soutien commun des formations implantées dans son secteur de responsabilité administrative.

La BdD comprend :

- le commandant de la base de défense ;
- les services (soutien santé, opérationnel, administratif, technique et logistique, communication) ;
- des formations et unités plus ou moins importantes (régiment, école, état-major, mais aussi centre de stockage et d’approvisionnement ou relais isolé de télécommunications) qui sont toutes administrativement rattachées à la base.

Comment fonctionne une Base de Défense ?

Le commandant de la Base de Défense dirige l’action des services de la base afin de permettre aux formations qui lui sont administrativement rattachées de remplir au mieux les missions qui leur sont données par leur chaîne fonctionnelle.

Ses responsabilités s’exercent donc sur les fonctions d’administration et de soutien au profit de la totalité des formations stationnées dans son aire de responsabilité. Il dépend hiérarchiquement de la chaîne spécifique en charge du soutien.

Le commandant de la BdD n’est donc pas l’autorité d’emploi de ces formations qui relèvent de leur chaîne opérationnelle / métier propre. Il a en revanche vocation à être le point de contact unique de la défense vis-à-vis de l’environnement et des institutions civiles locales.

En dehors des responsabilités territoriales qu’il exerce, le commandant de la BdD a des relations contractuelles avec les commandants des formations d’emploi, en vue de leur fournir le meilleur soutien répondant à leurs besoins.

Les services de la Base de Défense sont organisés pour répondre aux besoins des formations. Leur structure est normée, même si les effectifs peuvent varier d’une BdD à l’autre, en fonction de l’importance et du nombre des formations à soutenir (volume moyen estimé à environ 300 personnes pour une BdD type à 2 800).

Ils sont généralement implantés dans l’emprise principale du secteur, auprès du commandant de la BdD, mais certaines cellules peuvent être réparties ou délocalisées dans d’autres implantations pour un meilleur service de proximité (cas des points d’alimentation dans chaque emprise importante).

Les formations de la Base de Défense (régiments, bâtiments de la marine, bases aériennes, écoles, hôpitaux, centres d’essai…) disposent en propre des seuls services nécessaires à leurs besoins spécifiques. Ceux-ci seront renforcés à leur demande, prioritairement à partir des services de la BdD de rattachement, pour faire face aux échéances majeurs (projection, entraînement…).

Lorsque cela s’avérera nécessaire, des cellules des services de la BdD seront colocalisés avec les formations pour faciliter leur fonctionnement courant.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :