dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Russie : le renseignement, base de l’optimisation de l’armée (...)

Russie : le renseignement, base de l’optimisation de l’armée (général)

RIA Novosti

mardi 25 mai 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Si le renseignement représente 8 à 12% des effectifs des forces armées des principaux pays de l’OTAN, en Russie sa proportion est de un peu plus de 1%, a annoncé mardi l’ex-chef du GROu (renseignement militaire russe), Fedor Ladyguine.

"La réduction actuelle des forces armées doit s’accompagner d’un accroissement des possibilités de la reconnaissance. Après avoir optimisé leurs forces armées, les principaux pays de l’OTAN maintiennent leurs effectifs de reconnaissance à hauteur de 8 à 12% des effectifs généraux, contre un peu plus de 1% pour l’armée russe", a estimé le général à une réunion historique à l’Académie de l’Etat-major général à Moscou.

"Entre-temps, le développement de nouveaux moyens de lutte armée (...) tendant à atteindre les missions assignées en un rien de temps, exige le développement prioritaire du renseignement", a expliqué l’expert.

Pourtant, selon le général, le renseignement ne saura "remplacer ni la politique, ni la stratégie, ni la puissance militaire, qui sont à eux seuls les facteurs décisifs de la victoire".

"Mais les succès militaires et le prix de la victoire sont aussi fonction de la capacité des dirigeants politiques et militaires d’utiliser de manière adéquate les résultats du renseignement", a indiqué l’expert.

Le général Ladyguine a étayé ses conclusions par des données d’archives selon lesquelles des agents soviétiques avaient fourni au Kremlin dès 1939 les renseignements confirmant "la décision définitive de Berlin de lancer la préparation d’une guerre contre l’URSS, pour y être prêt au premier semestre de 1941".

"Cependant ces données n’ont pas été dûment exploitées", a déploré le général.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :