jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le Congrès américain hostile à un militaire à la tête du renseignement

Le Congrès américain hostile à un militaire à la tête du renseignement

Reuters

mercredi 26 mai 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Des parlementaires démocrates et républicains de haut rang ont exprimé leurs doutes mercredi sur le candidat jugé favori pour succéder à Dennis Blair, démissionnaire, à la tête des services de renseignement américains. Le général en retraite James Clapper, sous-secrétaire à la Défense chargé des questions de renseignement, est généralement présenté comme le choix probable de Barack Obama au poste de directeur du renseignement national (DNI).

La résistance du Congrès risque d’empêcher le président américain de pourvoir ce poste rapidement, comme il disait vouloir le faire vendredi à l’annonce de la démission de Blair.

Le fait que Clapper soit un militaire semble être le principal obstacle à sa nomination.

"Je pense que la meilleure chose à faire pour la communauté américaine du renseignement est de lui donner pour chef un civil", commente la sénatrice démocrate Dianne Feinstein, qui préside la commission du renseignement, dans un communiqué adressé par mail à Reuters.

"Je suis donc préoccupée par le choix du général Clapper au poste de DNI", ajoute-t-elle. Des élus républicains ont également dit leur inquiétude en raison des liens étroits entre Clapper et le Pentagone.

Peter Hoekstra, élu républicain de la commission de la Chambre des représentants sur le renseignement, a prévenu que James Clapper, s’il était choisi par la Maison blanche, recevrait "un accueil plutôt frais" et estimé que ses chances de durer "un peu plus de deux ans (à ce poste) serait très faibles".

"Mettre Clapper à ce poste signalerait clairement que le DNI sera aux ordres du secrétaire à la Défense", a-t-il ajouté.

Le secrétaire à la Défense, Robert Gates, s’est dit favorable au choix de Clapper.

Le mandat de Blair au poste de DNI, qui a duré 16 mois, s’achève vendredi. Il a été notamment fortement critiqué après la tentative d’attentat dans un avion à destination de Detroit, le jour de Noël.

Au-delà de la personne de Blair, les détracteurs de ce poste lui reprochent également ses contours flous, selon eux mal définis lors de sa création en 2004. (Adam Entous. Gregory Schwartz pour le service français)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :