dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Bases de Défense. Lorient exclu du dispositif

Bases de Défense. Lorient exclu du dispositif

Yves Guégan, Letelegramme.com

vendredi 28 mai 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Lorient ne sera pas l’une des 51bases de Défense. Ses sites militaires seront absorbés par la base de Brest, qui regroupera 26.000militaires et civils.

À la veille de la venue de Nicolas Sarkozy à Lorient, à l’occasion de la mise à flot de la première frégate multimissions « Aquitaine », la députée du Morbihan, Françoise Olivier-Coupeau, nous confiait sa grande inquiétude concernant les sites militaires lorientais que sont la base aéronavale de Lann-Bihoué et le groupement de fusiliers marins commandos. Elle annonçait, avant l’heure, que Lorient serait exclu de ce dispositif de base de Défense. Hier, la députée socialiste a eu confirmation du ministre de la Défense. La base de Défense de l’ouest de la Bretagne revient à Brest (*), qui absorbe les sites lorientais où exercent plus de 3.000militaires et civils. Selon la députée, qui est aussi membre de la Commission de la Défense, deux antennes de soutien locales seront maintenues. L’une de 200 personnes, à Lann-Bihoué, et l’autre de 300,pour les fusiliers commandos.

Un impact sur le tissu économique local ?

« Vu de Paris, Brest est à côté de Lorient. Ils ne se rendent pas compte des problèmes d’éloignement », disait-elle, il y a un mois. Au-delà de cette remarque, la députée craint qu’il n’y ait des conséquences directes sur le commandement de certaines unités à Lorient. Elle craint également que le tissu économique lorientais ait à souffrir de la situation puisque, par exemple, les décisions d’achats et de marchés seront prises à Brest, favorisant éventuellement, le tissu local finistérien. Pour elle, « le Pays de Lorient aura un coût économique à payer. » Norbert Métairie, président de Cap l’Orient, réagit lui aussi : « Nous devrons être très vigilants sur l’impact de cette décision et notamment sur les emplois civils de nos bases. Nous pouvons craindre de nouvelles externalisations de services. »

Derniers piliers

Décision contradictoire avec le Livre blanc de la Défense, cette annonce va aussi à l’encontre du renforcement de la base aéronavale lorientaise généré par le prochain déménagement de celle de Nîmes et le renforcement du groupement de fusiliers commandos, les deux derniers piliers de la présence de la Marine nationale à Lorient.

(*) Brest est une base de Défense expérimentale depuis début 2009.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :