lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Un Américain inculpé au Texas pour soutien matériel à Al-Qaïda

Un Américain inculpé au Texas pour soutien matériel à Al-Qaïda

AFP

vendredi 4 juin 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Un Américain a été inculpé au Texas (sud des Etats-Unis) de "soutien matériel" au réseau Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), après avoir été confondu par un agent infiltré du FBI qui avait repéré ses contacts réguliers avec l’imam radical américano-yéménite Anwar al-Aulaqi.

Vendredi, le représentant républicain Pete Hoekstra a protesté dans un communiqué contre le refus du FBI selon lui d’informer la commission du Renseignement de la Chambre des représentants sur cette affaire.

Selon le ministère américain de la Justice, Barry Walter Bujol, un citoyen américain de 29 ans, a été arrêté le 30 mai alors qu’il tentait d’embarquer avec du matériel sur un bateau à destination du Moyen-Orient.

Il a été inculpé jeudi pour "tentative de soutien matériel à Al-Qaïda dans la péninsule arabique" et "vol d’identité". Il est accusé d’avoir notamment tenté de transporter pour le réseau de l’argent, des cartes de téléphone pré-payées, des cartes SIM, des GPS, des publications militaires à accès restreint, décrivant notamment des opérations impliquant des drones en Afghanistan.

Tout ce matériel lui a été fourni par un agent du FBI sous couverture qui avait gagné sa confiance depuis novembre 2009 en se faisant passer pour un membre de l’Aqpa.

M. Bujol a attiré l’attention des autorités américaines en 2008, quand celles-ci se sont rendu compte qu’il communiquait par courriels avec l’imam radical Anwar al-Aulaqi. Selon le ministère, il lui demandait des conseils pour envoyer de l’argent sur place et l’imam lui aurait fourni un document intitulé "42 manières de soutenir le jihad".

Le jeune homme risque jusqu’à 20 ans de prison. Il doit être présenté mardi à un juge.

L’imam Aulaqi avait acquis une certaine notoriété pour avoir entretenu une correspondance par courriels avec le psychiatre militaire Nidal Hassan qui a tué 13 personnes en novembre 2009 sur la base militaire américaine de Fort Hood, au Texas. Un responsable antiterroriste américain a confirmé à l’AFP le 7 avril que l’administration Obama avait donné son feu vert à son élimination.

En ce qui concerne Barry Walter Bujol, "le FBI a assuré n’avoir +aucune intention+ d’informer (la commission) sur cette affaire qui entre dans sa phase judiciaire", a protesté Pete Hoekstra. "C’est un scandale et une violation des obligations du FBI à tenir la commission du Renseignement au courant des menaces pesant sur le peuple américain", a-t-il ajouté.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :