jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Internet > Les données récoltées par les Google Cars seront transmises à la (...)

Les données récoltées par les Google Cars seront transmises à la Cnil

01net

vendredi 4 juin 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le PDG de la firme veut jouer la transparence sur l’affaire des Google Cars, qui ont recueilli des données privées. Ces dernières vont être transmises aux Cnil de France, d’Espagne et d’Allemagne.

Google tente toujours de faire amende honorable à la suite de « l’affaire » des Google Cars. Ces véhicules, chargés de prendre des clichés des rues pour le service de cartographie Street View, ont collecté sur leurs trajets des données personnelles transitant par les réseaux Wi-Fi non protégés par un mot de passe. Plus de 600 gigaoctets ont été recueillis depuis 2006.

Dans une interview publiée le 3 juin par le Financial Times, Eric Schmidt, directeur général de Google, n’hésite pas à faire son autocritique : « Nous nous sommes plantés », a-t-il déclaré. Il a par ailleurs annoncé que les données recueillies allaient être transmises, dans un ou deux jours, aux autorités européennes compétentes. Des coordonnées bancaires peut-être dans le lot

Trois pays sont concernés : la France, l’Espagne et enfin l’Allemagne, d’où est partie la polémique. Les autorités allemandes ont été les premières à demander des comptes et à porter plainte contre Google. En France, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a aussi montré sa désapprobation, cette collecte de données n’ayant fait l’objet d’aucune déclaration, comme le veut la loi. La commission a entamé une enquête afin d’évaluer les suites à donner.

Face à cette levée de boucliers, Google n’avait plus vraiment le choix. Pour restaurer un climat de confiance, son dirigeant affirme vouloir faire le ménage. L’ingénieur qui a développé le logiciel scrutant les réseaux Wi-Fi fait l’objet d’une enquête en interne. La politique de collecte des données personnelles va également être revue.

Quatre ans après le début des faits, il serait temps. D’autant que certaines données sont ultrasensibles ! Eric Schmidt a reconnu que des coordonnées bancaires pourraient être entre ses mains.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :