dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La Suisse aurait la preuve de prisons de la CIA en Roumanie

La Suisse aurait la preuve de prisons de la CIA en Roumanie

Mirel Bran et Agathe Duparc, le Monde

lundi 9 janvier 2006, sélectionné par Spyworld

Dans son édition dominicale, l’hebdomadaire suisse SonntagsBlick livre, dimanche 8 janvier, une information qui risque fort de provoquer une tempête. Le journal, plutôt spécialisé dans les révélations de boulevard, affirme avoir mis la main sur un document émanant des services secrets helvétiques et qui constituerait la première "preuve" de l’existence de prisons secrètes de la CIA en Europe, où auraient été détenus et interrogés des sympathisants d’Al-Qaida.

Il s’agit d’un fax transmis par le ministère des affaires étrangères égyptien à son ambassade de Londres, et que les Suisses auraient intercepté à la mi-novembre 2005. Dans ce texte, rédigé en français, le ministère affirme avoir appris "par ses propres sources" que la Roumanie avait permis à la CIA d’interroger sur son territoire 23 citoyens irakiens et afghans.

Les faits se seraient déroulés sur la base de Mihail Kogalniceanu, située à proximité de Constantza, un port au bord de la mer Noire. La note ajoute qu’il existe des centres d’interrogatoire semblables en Ukraine, au Kosovo, en Macédoine et en Bulgarie. Elle rappelle également les informations données par l’ONG Human Rights Watch sur des vols secrets américains via la Pologne et la Roumanie fin septembre 2005.

D’après le SonntagsBlick, c’est dans la nuit du 15 novembre que les "grandes oreilles" helvétiques ont capté cette missive, grâce au système Onyx, qui, depuis 2000, permet à la Suisse de surveiller les communications civiles et militaires passant par satellite. Sorte d’Echelon miniature (le programme d’écoute américain), son but est de collecter les informations sur des événements et situations à l’étranger ayant trait à la sécurité de la Suisse, qui par nature doivent rester confidentielles.

En Suisse, l’embarras est perceptible. Dimanche, le département fédéral de la défense (DDPS), se refusant à tout commentaire, a reconnu qu’un document secret avait été divulgué. Le ministre a annoncé l’ouverture d’une enquête administrative. L’affaire sera analysée par la commission parlementaire chargée du contrôle des activités liées à la sécurité de l’Etat.

De son côté, le parlementaire suisse Dick Marty, mandaté par le Conseil de l’Europe pour enquêter sur les "prisons secrètes" de la CIA en Europe, disait ne pas pouvoir confirmer l’authenticité du fax égyptien. Cité par SwissInfo, il faisait remarquer que le document reprenait "des informations qui confirment des indices qui existent déjà".

En Roumanie, l’article du SonntagsBlick relance le scandale qui avait explosé en novembre 2005 avec les accusations de Human Rights Watch. Bucarest avait démenti. Déjà, le site de Mihail Kogalniceanu - une base utilisée par l’armée américaine comme pendant la guerre en Irak - était mentionné comme l’aéroport où un avion de la CIA, en provenance de Kaboul et à destination de Guantanamo, avait fait escale le 23 septembre 2005.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :