lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Le FBI enquête sur la faille chez AT&T

Le FBI enquête sur la faille chez AT&T

La Presse Canadienne

samedi 12 juin 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le FBI enquête sur une faille chez AT&T ayant permis à un groupe de pirates informatiques de mettre la main sur plus de 114 000 adresses de courriel appartenant à des utilisateurs de iPad, incluant certains travailleurs du gouvernement.

L’agence a indiqué jeudi qu’elle examinait la possibilité de cybermenace associée à la faille. AT&T a seulement dit qu’elle ne ferait aucun commentaire. L’entreprise a admis mercredi que les adresses de courriel avaient été récupérées grâce à un site Web, précisant que le problème avait été réglé.

La faille a touché uniquement les utilisateurs de iPad disposant d’un accès 3G et abonnés chez AT&T. Les pirates, qui se font appeler Goatse Security, ont dit à l’Associated Press qu’ils étaient parvenus à obtenir plus de 114 000 adresses. Un de leurs représentants a précisé mercredi soir qu’ils avaient contacté AT&T et attendaient que le problème soit réglé avant de le rendre public. Le géant des télécoms a affirmé que la faille avait été réparée mardi, mais a indiqué avoir été mis au courant du problème par un client.

Apple, qui fabrique le iPad, n’a fait aucun commentaire à ce sujet, référant toute question à AT&T.

L’entreprise de télécommunications s’est excusée et a assuré qu’elle communiquerait avec tous les utilisateurs de iPad dont les adresses de courriel ont pu tomber entre de mauvaises mains. Elle a précisé que la seule information ayant pu être volée par les pirates est l’adresse de courriel.

Ces seules adresses pourraient cependant être suffisantes pour perpétrer une attaque, puisque les pirates savent également que la personne qui recevra un message est un utilisateur de iPad et un client de AT&T. Elle pourrait donc ne pas se méfier d’un message semblant provenir d’Apple et d’AT&T et ouvrir des fichiers qui contiennent en fait des virus informatiques.

Le maire de New York, Michael Bloomberg, fait partie des personnes dont l’adresse a été volée, mais il a indiqué jeudi que cela ne le préoccupait pas outre mesure, puisque son adresse n’est pas difficile à deviner de toute façon et qu’il n’ouvre pas les messages qu’il ne veut pas lire.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :