dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > L’alerte spatiale avancée -SPIRALE- : 2 millions d’images (...)

L’alerte spatiale avancée -SPIRALE- : 2 millions d’images collectées après 1 an d’exploitation par Astrium

EADS Astrium

mardi 15 juin 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le démonstrateur technologique a déjà dépassé les objectifs assignés par la DGA

Le très bon comportement de SPIRALE va permettre de poursuivre la mission au-delà de la durée initial

Toulouse, le 15 juin 2010 - Après l’acceptation par la DGA (Direction Générale de l’Armement) en avril 2009 du système SPIRALE, Astrium vient d’achever avec succès la 1ère année d’opération complète de collecte et d’exploitation des données infrarouges acquises par les satellites. SPIRALE, conçu et développé sous maîtrise d’œuvre Astrium, met en œuvre 2 micro-satellites de la filière Myriade. Ces satellites collectent dans l’infrarouge des images de fonds terrestres et nuageux depuis l’orbite de transfert géostationnaire GTO.

Malgré l’environnement difficile rencontré sur cette orbite qui traverse les ceintures à fortes radiations de Van Allen, les résultats de SPIRALE dépassent les objectifs assignés à la démonstration tant en volume de données qu’en richesse de l’information acquise. A l’issue de la première année en orbite, plus de 2 millions d’images ont été collectées.

Selon Jean Dauphin, Directeur Observation de la Terre et Sciences pour Astrium France : "Nous avons maintenant pu caractériser précisément le rayonnement d’une grande variété de fonds et de phénomènes naturels, tels que la réverbération du soleil sur les nuages, pour déterminer ce qui aurait pu être considéré comme une fausse alarme de tir de missile et comment nous en affranchir. Nous savons également quel est le niveau de gêne que peuvent représenter tous ces phénomènes dans la détection des tirs de missiles balistiques"

Image de fonds nuageux prise au dessus de l’atlantique depuis l’orbite GTO. On y distingue différentes couches nuageuses ainsi que des hétérogénéités très fortes. Grâce à ses traitements, le système spatial d’alerte devra détecter le tir de missiles.

Ces résultats confortent le ministère de la Défense dans la connaissance des performances accessibles à un système opérationnel d’alerte spatiale pour détecter et localiser un tir de missile balistique. Le très bon comportement du démonstrateur va permettre de poursuivre sa mission au-delà de la durée initiale pour enrichir la collecte d’images et par voie de conséquence l’analyse des performances accessibles à un système opérationnel d’alerte spatiale.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :