dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > EADS espère une décision fin 2010 sur Talarion

EADS espère une décision fin 2010 sur Talarion

Reuters

mercredi 16 juin 2010, sélectionné par Spyworld

logo

- Le groupe continuera de financer le développement du drone
- Des acquisitions si elles permettent d’amplifier la croissance

EADS est disposé à puiser dans sa trésorerie pour maintenir en vie le projet de drone européen Talarion jusque vers la fin de l’année afin de permettre aux gouvernements européens d’effectuer le réexamen de leurs budgets de défense.

Le groupe d’aéronautique et de défense, maison mère d’Airbus, avait auparavant menacé d’arrêter cet été le financement de ce projet d’avion sans pilote dont le développement est estimé à près de trois milliards d’euros si la France, l’Allemagne et l’Espagne, à qui le Talarion est proposé, n’arbitraient pas sur une commande.

Sous la pression des marchés et de la Commission européenne, plusieurs pays de la zone euro sont pressés de remettre de l’ordre dans leurs finances publiques. "Le projet est dans les temps. Nous aurons bientôt une revue de design préliminaire et après cela, il serait bon d’avoir un engagement", a déclaré Stefan Zoller, directeur général de la division défense et sécurité d’EADS, au cours d’une interview accordée à Reuters.

"Mais je ne suis pas aveugle, un engagement politique ferme sera difficile à court terme donc nous continuerons à préfinancer Talarion", a-t-il ajouté.

Jusqu’ici, EADS a consacré près de 500 millions d’euros à la conception de ce drone MALE (Medium Altitude Long Endurance).

"Tous les pays sont en train de revoir leurs priorités en matière de défense donc les choses devraient s’éclaircir davantage vers la fin de l’année", a dit Stefan Zoller.

Interrogé sur le délai qu’EADS s’accordait sur le financement des études de Talarion, le dirigeant a répondu : "Nous ne continuerons pas indéfiniment mais il n’y a pas de date."

Le ministre de la Défense Hervé Morin a déclaré cette semaine que la France n’écartait pas la possibilité d’acquérir "sur l’étagère" des drones américains Predator (des appareils déjà développés et amortis) pour effectuer des économies au détriment de Talarion et d’un autre projet de drone MALE actuellement proposé par une équipe composée notamment des français Thales et Dassault Aviation .

Stefan Zoller a également indiqué que la division défense et sécurité d’EADS privilégierait la croissance organique mais qu’il était ouvert à des acquisitions dans les zones où elles "amplifieraient" la croissance.

L’Inde, le Moyen-Orient et le Brésil sont définies comme des zones prioritaires avec les Etats-Unis.

(Tim Hepher, avec la contribution de Matthias Blamont, édité par Cyril Altmeyer)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :