dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Eurosatory 2010, un salon pas tout à fait comme les autres...

Eurosatory 2010, un salon pas tout à fait comme les autres...

La Voix du Nord

samedi 19 juin 2010, sélectionné par Spyworld

logo

La propension humaine à se montrer belliqueux avec son voisin étant aussi prolifique que la capacité à aimer, un salon singulier se termine aujourd’hui, au parc des expositions de Paris-Nord Villepinte : Eurosatory, le « mondial » de la défense et de la sécurité...

Du couteau de survie au lanceur de missiles MBDA, de la boulangerie de campagne au char d’assaut Leopard KMW, 1 330 exposants de trente nations déballent leur matériel. De guerre, ne tournons pas autour du pot. Chez les plus civilisés, on appelle ça la défense.

Eurosatory est une référence mondiale. Dans les allées, où rien n’est surréaliste, on entend tous les idiomes se mêler à l’anglais mâché. Un général thaïlandais s’arrête devant un fusil d’assaut tchèque un officiel chinois observe une voiture blindée estonienne un envoyé des Émirats, accompagné d’un officier français, converse avec des hommes en costume anthracite... Quoi qu’on en pense, le marché de l’armement emploie 270 000 personnes en France (autant d’emplois indirects) pour un chiffre d’affaires en 2009 de 8 milliards d’euros. En expansion malgré la crise.

Postulat, en France, il est interdit d’exporter du matériel de guerre... sauf si l’État l’autorise. Ce qui fait de notre doux pays le quatrième exportateur derrière les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni et devant Israël. Après avis des ministères des Affaires étrangères et de la Défense, une commission étudie chaque contrat. « On ne vend pas du matériel de guerre comme on vend des voitures », résume un membre de la Délégation générale de l’armement (DGA).

Dans deux semaines, l’armée française utilisera en Afghanistan le nouveau VBCI (véhicule blindé de combat d’infanterie) de Nexter. Après l’hélicoptère Tigre, le canon sur camion Caesar, le théâtre afghan constitue autant un signe politique qu’un lieu de promotion.

L’industrie dépend aussi de l’évolution des « besoins » et des menaces. Ainsi, le char Leclerc, aussi performant soit-il, est un four commercial en raison de la chute du bloc communiste et la raréfaction des guerres conventionnelles. Tel ne devrait pas être le cas pour Sagem et sa tenue FÉLIN (Fantassin à équipement et liaisons intégrées).

« Déjà vendu pour partie à l’export », alors que débute la livraison (22 588 exemplaires pour l’armée française), FÉLIN est « le premier programme abouti du genre au monde ». Avec GPS, système de communication et mini-ordinateur intuitifs, lunette de tir jour/nuit, tir en vision déportée (à l’aide d’une caméra)... « On ne livre pas un pull qui gratte à un fantassin », résume-t-on à la DGA. Tout cela pour dire que le stand Sagem est très couru à Eurosatory. •


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :