vendredi 25 juillet 2014

Accueil du site > Défense > International > Israël est le roi des drones, avions sans pilote

Israël est le roi des drones, avions sans pilote

AFP

mercredi 30 juin 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Véritables yeux de la guerre moderne, omniprésents dans le ciel du Pakistan, d’Irak ou de Gaza, les drones sont devenus une spécialité et une priorité d’Israël, premier exportateur mondial.

L’enjeu est tel que, selon les médias locaux, même en pleine crise israélo-turque, une délégation militaire serait venue secrètement il y a quelques jours de Turquie en Israël pour s’entraîner au pilotage du Heron, un modèle de drone israélien.

Cet avion sans pilote, long de 11 mètres, est propulsé par un moteur de 1.200 CV. Il peut voler jusqu’à 52 heures d’affilée à 10 km d’altitude en transportant une charge utile de 300 kilos. Le bord de ses ailes, revêtu d’une plaque en titane, est doté d’un système antigel.

"Il a accumulé des dizaines de milliers d’heures de vol. Sa vocation, c’est l’ISR : intelligence, surveillance et reconnaissance", autrement dit la collecte des renseignements, la surveillance du terrain en temps réel et l’appui aux troupes terrestres, explique le capitaine "Gil", 30 ans, commandant d’une escadrille "qui opère tous les jours, 24 heures sur 24" de la base aérienne de Palmahim, au sud de Tel-Aviv.

Totalement autonome du décollage à l’atterrissage, le Heron garde contact avec un QG opérationnel mobile sur fréquences radio. Sa caméra à haute résolution permet de distinguer nettement un suspect au sol.

Equipés de missiles, les drones frappent sans être vus. Leur ronronnement familier pèse sur la bande de Gaza.

"Sous diverses appellations, une centaine de Heron ont déjà été vendus à travers le monde, notamment à la France, l’Allemagne, l’Australie, au Canada, à l’Espagne ou à la Turquie, et on les retrouve en Afghanistan et en Irak", explique Jacques Chemla, ingénieur en chef et "cerveau" de MALAT, le département des UAV (Unmanned Air Vehicle), les drones, d’Israel Aerospace Industries (Industries aéronautiques d’Israël - IAI).

Pour découvrir ce saint des saints, près de Tel-Aviv, il faut montrer patte blanche. Caméra, téléphone portable ou magnétophone sont interdits et un censeur veille aux propos émis.

"Israël est le premier exportateur mondial de drones, avec plus d’un millier d’appareils vendus dans 42 pays, soit un chiffre d’affaires annuel d’environ 350 millions de dollars", précise M. Chemla.

Le MALAT fournit ses clients clé en main, avec les qualifications requises, le soutien logistique (la formation) et technique, voire en leasing. Plus d’un millier d’employés et sous-traitants phosphorent pour remplir les carnets de commandes. Sur 80 projets examinés, 15 ont été retenus.

Le drone le plus imposant, le Heron TP, baptisé Eytan ("Fort" en hébreu), de la taille d’un Boeing 737, pèse 4,5 tonnes. Récemment adopté par l’armée de l’air israélienne, il a une autonomie de vol de 36 heures et transporte à 13.000 mètres d’altitude une charge utile d’une tonne. Il communique via satellite. Son rayon d’action couvre l’Iran.

A l’inverse, le Parpar ("papillon") ne pèse que 35 grammes. Avec cet oeil volant, les forces russes auraient eu davantage de chances d’éviter le massacre de Beslan en 2004 en localisant le commando pro-tchétchène qui avait pris des otages dans une école, selon les experts israéliens.

Les mini-drones peuvent aisément être lancés, puis récupérés à l’aide de filets, de parachutes de freinage ou encore en se retournant sur le dos à l’atterrissage pour préserver leur caméra fixée sur le ventre.

Les applications civiles des mouchards du ciel ouvrent aussi des perspectives infinies.

"Après d’interminables patrouilles, quand le bleu de la mer et du ciel se confondent, les aviateurs rêvent tous d’être remplacés par des drones surveillant les frontières, le littoral ou les oléoducs", affirme M. Chemla.

Et d’ajouter que seuls ses drones sont capables de guider les pompiers en repérant à travers les fumées les foyers des feux de forêt.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :