dimanche 10 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Espionnage pour la Russie : trois suspects maintenus en détention aux (...)

Espionnage pour la Russie : trois suspects maintenus en détention aux USA

AFP

samedi 3 juillet 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Trois des onze personnes suspectées d’avoir espionné pour la Russie aux Etats-Unis ont été maintenues en détention vendredi par un tribunal fédéral, alors que les révélations tombent sur Anna Chapman, fille d’un ex-agent du KGB, devenue le visage du réseau.

La juge Theresa Buchanan a estimé lors d’une audience à Alexandria, près de Washington, que Mikhaïl Semenko et le couple Michael Zottoli et Patricia Mills, "étaient susceptibles de s’enfuir", et les a maintenus en détention. Les prévenus, qui avaient renoncé à demander leur libération provisoire, resteront donc derrière les barreaux jusqu’à une audience préliminaire fixée au 7 juillet à 11H00 (15H00 GMT).

Michael Zottoli, un homme jeune, décontracté, presque souriant, et Patricia Mills, semblant plus soucieuse, se sont présentés devant la juge, vêtus d’uniformes de détenus verts foncé.

Selon une lettre envoyée par le ministère public au tribunal, le couple, qui avait prétendu être Américano-canadien, est en fait de nationalité russe et usait de faux noms.

"Zottoli a admis qu’il est un citoyen russe dont le vrai nom est Mikhaïl Koutzik, (...) et que son père vit en Russie", écrit le procureur Preet Bharara. "Patricia Mills est également russe, et s’appelle Natalia Pereverzera", assure-t-il dans la lettre.

Les agents du FBI, qui ont enquêté plusieurs années sur ces agents suspectés d’être à la solde de Moscou, ont indiqué avoir trouvé plus de 80.000 dollars en petites coupures ainsi que des faux passeports dans des coffres-forts loués par le couple.

"S’ils étaient relâchés, ils pourraient avoir recours à l’aide d’un service de renseignement étranger sophistiqué", a plaidé M. Bharara.

Mikhail Semenko n’utilisait lui pas de fausse identité mais "ses communications clandestines avec un représentant du gouvernement russe et sa livraison d’argent liquide à un agent du Service de renseignement extérieur russe (SVR) impliquent des activités secrètes", écrit encore le procureur. Un tribunal de New York a accordé jeudi à un des suspects, la journaliste Vicky Pelaez, un régime de liberté sous caution. "Elle ne donne pas l’impression d’être un agent professionnel", a déclaré le juge Ronald Ellis. Ce n’est pas ce qu’a décidé la justice en revanche pour la jeune Russe Anna Chapman, 28 ans, qui s’avère, selon son ex-mari, être la fille d’un ancien cadre du KGB.

Anna Chapman —de son nom de jeune fille Anna Kouchtchenko, toujours selon son ex-mari—, présentée comme une "Mata-Hari" et une "femme fatale" par les médias, est devenue le visage du réseau.

La justice a également décidé de maintenir en détention le couple Richard et Cynthia Murphy, arrêté dans le New Jersey (nord-est).

En revanche, elle ne s’est pas encore prononcée dans le cas de Donald Howard Heathfield et Tracey Lee Ann Foley. Leur sort sera fixé par un tribunal de Boston (Massachusetts, nord-est) le 16 juillet. La justice a décidé de reporter sa décision concernant l’époux de Vicky Pelaez, Juan Lazaro, qui reste détenu.

Un onzième homme, Christopher Robert Metsos, 54 ou 55 ans, arrêté à Chypre et libéré sous caution, restait vendredi introuvable. "Je pense qu’il est parti de Chypre", a indiqué le ministre chypriote de la Justice Loucas Louca. Moscou et Washington ont multiplié les déclarations affirmant que l’embellie de leurs relations n’était pas menacée par cette affaire. "Nous tenons à construire une nouvelle relation positive avec la Russie", a déclaré vendredi à Kiev, la chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :