mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le Pentagone resserre la vis sur le front des relations médias-militaires

Le Pentagone resserre la vis sur le front des relations médias-militaires

AFP

samedi 3 juillet 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a édicté des règles plus strictes à l’attention des militaires en contact avec les médias, quelques jours après le renvoi du commandant des forces internationales en Afghanistan suite à des propos peu amènes dans la presse.

"J’ai dit à plusieurs reprises que nous devons chercher à être aussi ouverts, accessibles et transparents que possible. En même temps, je suis préoccupé par le fait que le département (de la Défense) soit devenu plus laxiste quant à la manière de s’adresser aux médias, souvent en infraction avec les règles et procédures établies", écrit M. Gates dans un mémo de trois pages adressé vendredi aux principaux responsables militaires et civils du Pentagone, et dont l’AFP s’est procuré copie.

Le chef du Pentagone, ancien directeur de la CIA, rappelle en outre que "la fuite d’informations classifiées est illégale, ne peut être tolérée et sera passible de poursuites, si preuve il y a".

Ce mémo sur "l’interaction avec les médias" demande également aux responsables civils et militaires de se coordonner avec les services de communication du département américain de la Défense lorsqu’ils comptent publier des "informations aux implications nationales ou internationales".

Ce rappel à l’ordre intervient quelques jours après le limogeage du général Stanley McChrystal par le président Barack Obama suite à la publication de ses propos désobligeants envers des membres de l’exécutif dans le magazine Rolling Stone.

Cet épisode a donné lieu, notamment sur internet, à un débat passionné sur les relations entre l’armée et la presse, certains prédisant qu’il ferait l’effet d’une douche froide pour les journalistes qui couvrent l’actualité de l’armée américaine.

Le sous-secrétaire à la Défense chargé de la communication, Douglas Wilson, a toutefois assuré à l’AFP que ce mémo n’était "pas lié à l’épisode Rolling Stone" et qu’il "ne visait pas à museler la presse ou le département" de la Défense.

"Ceci reflète les inquiétudes du secrétaire Gates, exprimées depuis plusieurs semaines, concernant les rapports entre le département et les médias, et le souci de s’assurer que tous ceux qui parlent à la presse sur des sujets nationaux ou internationaux le font en étant parfaitement informés sur ces questions", a-t-il déclaré.

"Cela signifie-t-il qu’un soldat déployé sur le terrain ne pourra pas parler à un reporter en +embed+ ? Absolument pas", a-t-il fait valoir.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :