mercredi 20 septembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Dissuasion : le couple Rafale F3 –missile ASMP-A opérationnel

Dissuasion : le couple Rafale F3 –missile ASMP-A opérationnel

Ministère de la Défense

lundi 5 juillet 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Nouveau système d’arme, le couple Rafale F3-missile ASMP-A, (air-sol moyenne portée Amélioré) a été déclaré opérationnel le 1er juillet dernier, sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier.

A cette occasion, le chef d’état-major des armées (CEMA), l’amiral Edouard Guillaud, a souligné que la composante aéroportée trouvait « toute sa place dans la stratégie de défense et de sécurité nationale, initiée, il y a plus de 50 ans par le général de Gaulle, celle poursuivie par tous ses successeurs, celle confirmée par le Président de la République, Nicolas Sarkozy ». La plus haute autorité militaire a également rappelé, en citant les propos du chef des armées, que « notre dissuasion nucléaire nous protège de toute agression d’origine étatique contre nos intérêts vitaux, d’où qu’elle vienne et quelle qu’en soit la forme ».

Le général d’armée aérienne Jean-Paul Palomeros, chef d’état-major de l’armée de l’air et le général de corps aérien Paul Fouilland, commandant les Forces aériennes stratégiques (FAS), accompagnaient le CEMA.

Long d’environ 5 mètres pour un poids de près de 900 kilos, le missile ASMP-A s’installe sous le fuselage du Rafale. Il est doté d’une nouvelle tête nucléaire aéroportée (TNA), la seule tête dont le fonctionnement a été validé grâce au programme Simulation du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). Le tir d’un tel missile se passe en plusieurs séquences : descente du missile de quelques mètres sous l’avion, allumage d’un accélérateur à poudre qui emmène le missile jusqu’à une vitesse largement supersonique. A partir de là, un statoréacteur prend le relais. Ses trajectoires sont programmables dans les 3 dimensions, à basse ou haute altitude.

Aujourd’hui, deux types d’avions peuvent emporter les missiles ASMP-A : les Mirage 2000N de l’escadron Limousin basés à Istres et les Rafale F3 de l’escadron « Gascogne » de la base de Saint-Dizier.

Des escadrons qui appartiennent aux Forces aériennes stratégiques (FAS). Implanté à Taverny, le commandement des FAS est responsable de la mission de dissuasion nucléaire sous l’autorité du président de la République. Ainsi, il permet à la France d’affirmer le principe d’autonomie stratégique et de « faire face » aux menaces qui pourraient peser sur nos intérêts vitaux.

« Pour rester crédible notre force de dissuasion repose sur un principe fondamental : prouver notre capacité à réagir ou agir en tout temps, en toute heure, en tout lieu, quelles que soient les circonstances », a déclaré le CEMA.

T. Sotty


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :