samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Un 45e soldat français tué en Afghanistan

Un 45e soldat français tué en Afghanistan

Le Figaro

mardi 6 juillet 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Un sous-officier du 13e régiment du génie de Valdahon (Doubs) a été mortellement blessé mardi par un explosif artisanal au nord-ouest de Kaboul alors qu’il effectuait une mission de reconnaissance.

Les troupes françaises sont endeuillées. Mardi, un sous-officier de la Force Lafayette déployée en Afghanistan a succombé à ses blessures. Le militaire a été très grièvement blessé par un engin explosif artisanal au nord-est de la capitale. Il est décédé à l’hôpital de Kaboul où il avait été transporté d’urgence. Par égard pour la famille, l’Etat major des armées ne souhaite pas divulguer le nom de la victime.

La task force à laquelle le sergent-chef appartenait était déployée en Kapisa, à une soixantaine de km de Kaboul. Le but était de conduire une « opération de présence » en soutien à une unité afghane, a indiqué l’amiral Christophe Prazuck.

C’est au moment de la reconnaissance de terrain que l’explosion s’est produite. Les « engins explosifs improvisés » (appelés IED) sont devenus la bête noire des troupes internationales déployées en Afghanistan. Une cinquantaine d’IED ont en effet été découverts depuis le début de l’année dans différents bastions de talibans, a précisé l’amiral. Selon lui, la population afghane a aidé les militaires français à en découvrir un tiers environ.

Réagissant au décès du sous-officier, Nicolas Sarkozy a présenté à la famille et aux compagnons d’armes de la victime ses « plus sincères condoléances ». « Ce sergent-chef a payé de sa vie l’engagement de la France au service de la paix et de la sécurité du peuple afghan », a déclaré l’Elysée dans un communiqué. Le ministre de la Défense, Hervé Morin, s’est quant à lui « associé étroitement à la douleur de sa famille » et a rendu hommage à « ce militaire français qui a donné sa vie dans l’accomplissement de sa mission. »

Ce décès survient dans un contexte particulièrement meurtrier pour les forces engagées sur place. Vendredi, un légionnaire du 1er régiment étranger de Laudun-l’Ardoise (Gard) a été grièvement blessé dans la même région lors de heurts avec les talibans. Rapatrié dans un hôpital parisien Paris au cours du week-end, son pronostic vital est encore « engagé » lundi. L’implication de la France depuis janvier 2002 dans le conflit afghan a coûté la vie à 45 militaires français.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :