mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Afghanistan : Morin demande "un an" pour faire la preuve de (...)

Afghanistan : Morin demande "un an" pour faire la preuve de l’efficacité de la stratégie de l’OTAN

AP

mercredi 7 juillet 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre de la Défense Hervé Morin a reconnu mercredi que ce début d’année avait été "extrêmement difficile" pour les forces alliées en Afghanistan mais demande "un an" pour tester la nouvelle stratégie mise en place par l’OTAN. Il a par ailleurs déclaré nourrir un "espoir" au sujet des deux journalistes français enlevés fin 2009 dans ce pays.

"Nous sommes dans une année charnière dans laquelle nous avons déployé une nouvelle stratégie qui cherche à s’appuyer sur la population" et gagner sa "confiance" dans la reconstruction du pays, a-t-il dit sur RMC et BFM-TV.

"Je vous donne rendez-vous dans un an, parce que dans un an, nous aurons fait la preuve que la stratégie qui a été mise en place permet désormais de confier un certain nombre de districts qui sont aujourd’hui sous notre responsabilité à l’armée, à la police et aux institutions afghanes", a-t-il dit.

"Nous nous sommes fixé des étapes intermédiaires, moi, je voulais ça. (...) J’espère que nous serons en mesure au cours de l’année prochaine, en 2011, de commencer à transférer des zones françaises", et notamment celle de Surobi, aux Afghans, et "vous aurez ainsi la démonstration que progressivement, les institutions afghanes se mettent en place", a ajouté M. Morin.

"A ce moment-là, si nous n’avons pas été capables de le faire, là, vous aurez le droit de me dire : ’qu’est-ce qu’on fait en Afghanistan ?’", a-t-il poursuivi, reconnaissant un début d’année "extrêmement difficile" et la perte de "beaucoup d’hommes".

Le ministre de la Défense a par ailleurs annoncé que le général Vincent Desportes, directeur du Collège interarmées de défense, qui a critiqué la stratégie américaine en Afghanistan dans un entretien au "Monde" du 2 juillet, allait être "sanctionné". "J’ai clairement indiqué au chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Irastorza, que le général Desportes est soumis à une obligation de réserve". Dans l’exercice de ses fonctions, "il a manqué de discernement", et "jusqu’à nouvel ordre, les militaires sont sous l’autorité des politiques", a-t-il dit.

Interrogé en outre sur les deux journalistes français enlevés fin décembre en Afghanistan, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, le ministre de la Défense a déclaré qu’il avait "espoir". "Je pense que les choses s’améliorent", "aujourd’hui, on a des canaux de discussions qui semblent s’avérer des canaux fiables avec lesquels on peut engager une discussion", a affirmé M. Morin, en faisant état de "contacts indirects" avec les ravisseurs.

Le ministre a assuré que les autorités françaises mettaient en oeuvre "tous les moyens possibles pour qu’ils soient libérés". "C’est notre priorité de tous les jours", a-t-il dit.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :