mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Défense. Nouvelles suppressions de postes en vue ?

Défense. Nouvelles suppressions de postes en vue ?

Letelegramme.com

jeudi 8 juillet 2010, sélectionné par Spyworld

logo

La Défense va devoir se serrer la ceinture. Le ministre assure qu’il n’y aura pas de nouvelles réductions d’effectifs. Dans les états-majors, on cogite pourtant déjà sur un scénario : une nouvelle suppression de 10.000 militaires.

Hervé Morin, auditionné hier par la Commission de la Défense, voulait y parler des traités internationaux. Les députés de tous bords sont vivement montés au créneau pour qu’il traite d’une actualité plus chaude : celle de son budget. En mai dernier, le ministre avait annoncé une réduction de cinq milliards d’euros sur trois ans. À l’arrivée, on est passé à 3,5milliards. La Défense peut dire qu’elle s’en sort bien. Il faut y regarder de plus près... Le ministre se félicite de voir la réduction du budget compensée en partie par des « recettes exceptionnelles » de deux milliards d’euros provenant de la vente de biens immobiliers et de bandes de fréquences. « Il ne faut pas rêver », souligne une spécialiste du dossier, la Lorientaise Françoise Olivier Coupeau. Ces recettes sont si exceptionnelles que depuis trois ans, elles ne se seraient jamais réalisées.

« Droit dans le mur ! »

Hervé Morin assure que ce budget va permettre d’exécuter la LPM (Loi de Programmation Militaire) sans réductions d’effectifs ou de format, sans changement dans les calendriers de production ou de livraison de gros contrats comme le Rafale, les Fremm, les sous-marins Barracuda. Peut-être, mais les industriels peuvent s’attendre à des paiements « étalés » dans le temps. Un énorme effort a été demandé aux armées qui voient les effectifs réduits de 54.000 entre2009 et2014 dont 8.250 suppressions postes rien qu’en 2011. « On va droit dans le mur ! » assure la députée brestoise Patricia Adam. Comment en effet dans ces conditions respecter la LPM et les engagements du Livre Blanc ? Car ce n’est pas fini : même si le ministre le nie, les états-majors sont contraints de cogiter sur un nouveau plan de réduction de 10.000 postes : 5.000 pour l’armée de Terre, 2.500 pour la Marine, 2.500 pour l’armée de l’Air. On ne sent pas un ministre des plus combatifs sur le dossier. Mais Hervé Morin ne sera peut-être plus là pour défendre ce budget à l’automne.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :