jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Le patron de la DST nie l’existence d’un rapport sur le (...)

Le patron de la DST nie l’existence d’un rapport sur le corbeau

Le Figaro

jeudi 13 janvier 2005, sélectionné par Spyworld

FRÉGATES DE TAÏWAN Pierre Bousquet de Florian interrogé par un juge et par la police des polices

L’affaire du corbeau, survenue en marge de l’enquête sur la vente des frégates à Taïwan, touche désormais Pierre de Bousquet de Florian, patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST). Il a en effet été interrogé par un juge d’instruction puis par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) sur l’identité du corbeau.

Fin décembre, c’est tout d’abord le juge financier Jean-Marie d’Huy qui a officiellement pris contact avec M. de Bousquet. Le magistrat instruit trois plaintes en « dénonciation calomnieuse », déposées par Philippe Delmas, vice-président d’Airbus, Alain Gomez, ex-patron de Thomson, et un de ses collaborateurs, Pierre Martinez, ancien chef de la brigade financière, accusés par un délateur anonyme d’avoir bénéficié de commissions occultes liées au marché des frégates. Par courrier, le juge d’Huy a écrit au patron de la DST avoir eu connaissance « par la presse » de l’existence d’un rapport de ses services sur ce corbeau et lui en a demandé communication.

Pierre de Bousquet a aussitôt répondu au magistrat instructeur pour « s’étonner » de sa requête et conclure qu’il pouvait d’autant moins y donner suite « qu’il n’existe pas de rapport » de la DST sur ce sujet.

Le patron du contre-espionnage a réitéré cette réponse catégorique à l’IGPN sur procès-verbal dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris. Celle-ci faisait suite à la plainte pour « faux » déposée par Jean-Louis Gergorin, vice-président d’EADS, qui, selon des articles de presse, aurait été identifié par la DST comme le corbeau. Là aussi, Pierre de Bousquet a nié l’existence de tout rapport relatif au corbeau. Pourtant, de source proche du dossier, on indique que des investigations complémentaires pourraient prochainement avoir lieu dans l’entourage du patron de la DST.

Le correspondant anonyme était apparu au printemps dernier. Il avait envoyé des courriers au juge Renaud Van Ruymbeke dans lesquels il accusait une série de personnalités d’avoir bénéficié de commissions illégales à l’occasion du marché des frégates. Le corbeau donnait des noms ainsi que des numéros de comptes chez Clearstream, une chambre de compensation financière luxembourgeoise.

Si les investigations judiciaires lancées par Renaud Van Ruymbeke ont montré que ces accusations étaient infondées, l’affaire a pris une nouvelle tournure lorsque Nicolas Sarkozy, mis en cause nommément par le corbeau, a demandé à Dominique de Villepin, le ministère de l’Intérieur, de communiquer à la justice un rapport d’enquête qu’aurait effectué la DST. Selon son entourage, ce document le mettrait hors de cause et, surtout, livrerait l’identité du corbeau.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :