mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le FBI défend ses directives de surveillance

Le FBI défend ses directives de surveillance

Pete Yost, The Associated Press

mercredi 28 juillet 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le FBI a vigoureusement défendu mardi ses directives de surveillance intérieure, dénoncées par des groupes de défense des libertés civiles et par des organisations musulmanes, qui estiment que des personnes qui ne sont pas liées à des crimes ou à des actes terroristes pourraient être injustement visées par des enquêtes.

À la veille du témoignage devant le Congrès du directeur du FBI, Robert Mueller, le bureau a affirmé que ses procédures ont pour but de s’assurer que les enquêtes ne visent personne sur la base de la race, de l’ethnie, de la religion ou de l’exercice de tout autre droit garanti par la Constitution des États-Unis.

Le FBI affirme que son « Guide des enquêtes et des opérations domestiques » donne aux agents des outils de travail légaux et appropriés, qui permettent au bureau de se transformer en une organisation basée sur le renseignement qui enquête sur de réels criminels et de réelles menaces à la sécurité nationale.

En septembre dernier, le FBI a divulgué une version éditée de son guide à la suite d’une poursuite sur la base de la loi sur la liberté de l’information intentée par l’Electronic Frontier Foundation.

Le manuel a été approuvé en décembre 2008, dans les derniers jours de la présidence de George W. Bush. Il établit les politiques qui guident toutes les opérations intérieures du FBI, incluant le contre-terrorisme, le contre-espionnage, les infractions criminelles et la criminalité sur Internet.

Mardi, l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) a demandé aux bureaux de terrain du FBI, dans 29 états et à Washington, de tourner la page sur les dossiers liés aux données sur la race et l’ethnie récoltées par le bureau.

Selon l’ACLU, le guide d’opérations du FBI donne aux agents l’autorité de créer des plans d’ensemble des entreprises, des comportements, du style de vie et des traditions culturelles dans les communautés qui comptent d’importantes concentrations ethniques.

Même si certaines données raciales et ethniques pourraient se révéler utiles afin de réduire la discrimination, la volonté du FBI de rassembler et de cartographier des données démographiques en utilisant des critères basés sur la race ouvre la porte à un profilage racial inconstitutionnel dans l’application de la loi, fait valoir l’ACLU.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :