lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Les États-Unis « vulnérables » sur le terrain de la cybersécurité

Les États-Unis « vulnérables » sur le terrain de la cybersécurité

AFP

vendredi 30 juillet 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Les États-Unis sont vulnérables en matière de cybersécurité, où leur « flanc est à découvert », a déclaré jeudi le général à la retraite et ancien patron de la CIA Michael Hayden, au cours d’une conférence sur le sujet à Las Vegas.

« Notre flanc est totalement à découvert », a déclaré M. Hayden en utilisant la métaphore militaire. D’ailleurs, a-t-il dit à l’occasion de la conférence Black Hat consacrée à la sécurité des réseaux informatiques, « si vous incluez la collecte de renseignement dans la définition de la guerre, bien sûr qu’il y a une cyber-guerre ».

M. Hayden s’est dit « absolument émerveillé » par la campagne d’espionnage sur internet lancée par la Chine, tout en soulignant qu’elle n’était pas le seul pays à le pratiquer et que les Etats-Unis eux-mêmes étaient « très bons à cet exercice ».

Aucun pays au monde n’a promis de s’abstenir d’espionner sur internet, a-t-il rappelé.

Il a reproché au réseau internet une conception mettant l’accent sur le partage libre et rapide de l’information, qui donne un avantage à l’attaque par rapport à la défense.

« Vous créez un monde cybernétique qui ressemble à la plaine du nord de l’Allemagne et ensuite vous pestez et vous geignez parce que vous êtes envahis », a-t-il lancé au public de la conférence. « Sur le web, nous sommes tous traités comme la Pologne », envahie à de nombreuses reprises dans son histoire, a-t-il ajouté, filant la métaphore historico-guerrière.

Michael Hayden a appelé à la création de l’équivalent sur internet des rivières et des montagnes qui servent d’obstacles naturels contre les envahisseurs.

« Le monde cybernétique est un domaine comme la terre, l’air, l’eau et l’espace », a-t-il dit. « La différence, c’est que Dieu a créé ces quatre éléments et vous n’avez fait que le cinquième. Dieu a mieux travaillé ».

Pour lui, les États-Unis auraient dû être en première ligne pour imposer des codes de conduite sur internet il y a une décennie ou plus, lorsqu’ils avaient un avantage technologique qu’ils ont perdu face à d’autres pays.

« Avec cette balkanisation progressive, l’influence américaine s’affaiblit », a-t-il regretté.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :