vendredi 1er août 2014

Accueil du site > Technologie > Une fausse antenne GSM pour espionner les conversations

Une fausse antenne GSM pour espionner les conversations

Benjamin Ferran, le Figaro

lundi 2 août 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Ce système à 1500 dollars, présenté lors d’un congrès de « hackers » ce week-end aux Etats-Unis, permet d’enregistrer les conversations mobiles de toute personne aux environs.

Se mettre dans la peau d’un espion et enregistrer les appels mobiles qui transitent sur les téléphones aux environs ne nécessite plus de moyens élevés. Ce week-end, lors du congrès DefCon consacré à la sécurité à Las Vegas, le « hacker » Chris Paget a dévoilé une antenne de téléphonie mobile conçue à peu de frais, capable d’intercepter et d’enregistrer toutes les conversations passées à quelques dizaines mètres, sans se faire remarquer.

Des systèmes de ce type existaient déjà. Vendus par les équipementiers télécoms, ils coûtaient cher et étaient réservés aux forces de sécurité. En s’approvisionnant sur Internet, Chris Paget a conçu sa propre antenne GSM pour seulement 1500 dollars (1138 euros). Une fois activée, les téléphones environnants s’y connectent en priorité. Les antennes des opérateurs, situées plus loin, sont parasitées. Lors de la démonstration au DefCon, le « hacker » est parvenu ainsi à duper une trentaine de téléphones de son auditoire et à enregistrer une douzaine de conversations sur une clé USB, détruites par la suite.

La méthode souffre encore quelques limites. Elle ne permet pour l’instant d’espionner que les appels initiés près de l’antenne. En réception, ceux qui téléphonent sont directement aiguillés sur les répondeurs, puisque les opérateurs ont perdu la trace des téléphones détournés de leur réseau. Une solution pour se faire passer pour le mobile appelé serait à l’étude. L’autre limite majeure vient du type réseau. Les conversations doivent transiter par GSM, la norme mobile de deuxième génération, et non par la 3G. Un système de brouilleur de 3G permettrait de remédier à ce problème.

« La norme GSM est cassée »

Selon Chris Paget, cette trouvaille a avant tout valeur d’alerte. D’après lui, la norme GSM, utilisée par 80% des téléphones dans le monde, serait « totalement cassée ». En décembre 2009, l’algorithme de chiffrement, qui protège les conversations, avait déjà été brisé. Là, l’antenne qu’il a mise au point annihile tout le système de cryptage des appels. Interrogée, la GSM Association, qui représente les intérêts des opérateurs et des industriels, n’a pas démenti la possibilité d’un détournement. Mais elle a tenu à minimiser les risques, en invitant les utilisateurs de GSM les plus prudents à utiliser des méthodes de cryptage plus sophistiquées.

Cette trouvaille a été présentée alors que le marché de l’espionnage téléphonique connaît un profond bouleversement. Tous les smartphones de dernière génération peuvent accueillir des applications, derrière lesquelles il est possible de cacher des mouchards. Vendus quelques centaines d’euros sur Internet, ces logiciels d’écoute savent tenir un journal des appels, enregistrer les conversations et réexpédier les SMS. Mais ils nécessitent d’approcher physiquement du combiné pour y installer le mouchard, ne fonctionnent pas sur tous les types de téléphones (iPhone, Nokia, BlackBerry, Windows Mobile, le plus souvent) et sont détectables.

La pratique de l’espionnage téléphonique n’a cependant pas attendu les smartphones pour se développer. Bien avant le mobile, des pinces crocodiles posées sur les lignes fixes permettaient aux espions en herbe d’écouter des conversations sur les téléphones. Le code pénal s’y était déjà adapté. Le fait de capter, enregistrer ou transmettre sans le consentement de leurs auteurs des paroles prononcées à titre privé ou confidentiel peut être puni par une amende de 45.000 euros en France.

Une vidéo de la conférence :


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :