vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Une délégation du FSB russe reçue par les juges antiterroristes (...)

Une délégation du FSB russe reçue par les juges antiterroristes français

AP

jeudi 12 janvier 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Des enquêteurs du Service fédéral de sécurité russe (FSB) ont été reçus cette semaine par les juges antiterroristes français dans le cadre d’une enquête sur un ressortissant maghrébin, détenu en Russie et soupçonné d’avoir été en contact avec des hommes poursuivis en France dans le dossier dit des "filières tchétchènes".

Le juge d’instruction antiterroriste, Jean-Louis Bruguière, s’est rendu à Moscou au printemps dernier et a pu y interroger cet individu, qui a vécu en France et a été arrêté fin 2004 au Daghestan alors qu’il tentait de se rendre en Azerbaïdjan.

L’adjoint du chef de la division d’enquête du FSB chargé de la lutte antiterroriste, ainsi qu’un juge d’enquête supérieur ont pu cette semaine à leur tour entendre les suspects détenus en France sur leurs liens présumés avec l’individu incarcéré à Moscou, ont-ils expliqué jeudi à l’Associated Press.

Cet homme, dont les enquêteurs russes n’ont pas souhaité divulguer l’identité, est aujourd’hui accusé de six crimes en Russie, notamment une prise d’otages, la participation à des groupes armés illégaux, la détention d’armes ou des attaques à main armée, ont-ils dit sans autres précisions.

Selon l’adjoint du chef de la division d’enquête du FSB, de nombreux mercenaires étrangers, essentiellement originaires de pays musulmans, ont été arrêtés ces dernières années par les forces russes en Tchétchénie. Leur nombre exact reste cependant inconnu, a-t-il déclaré.

La délégation russe et leurs hôtes français ont loué le "niveau de confiance exceptionnel" qui s’est instauré entre les justices des deux pays pour combattre le terrorisme. Ils ont souligné avoir sensiblement accru leur coopération pour vaincre "l’ennemi commun" que constitue la "menace terroriste".

Les enquêteurs russes sont venus en France pour exécuter une commission rogatoire internationale, la première adressée par la Russie à la France en matière de terrorisme, a-t-on indiqué de sources judiciaires. Des documents pouvant servir de preuve ont pu être remis par les juges français aux enquêteurs russes dans la cadre de coopération judiciaire, selon les mêmes sources.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :