lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > A Bruxelles, le siège de l’OTAN sous haute surveillance

A Bruxelles, le siège de l’OTAN sous haute surveillance

Jean-Pierre Stroobants, le Monde

mardi 3 août 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le Centre de crise du ministère belge de l’intérieur a évoqué, mardi 3 août, un renforcement du dispositif de sécurité entourant le siège de l’OTAN, à Evere, dans la banlieue de Bruxelles. Selon le quotidien Le Soir, le quartier général de l’Alliance atlantique est, en fait, en état d’alerte renforcé depuis dimanche dernier.

Une menace, dont la nature n’est pas précisée, a poussé le gouvernement belge à prendre des "mesures de prudence" sur le site et aux alentours de l’OTAN, en concertation avec les services de sécurité de l’organisation.

On ignore à quel niveau se situe cette menace, les autorités belges refusant d’indiquer à quel niveau de l’échelle du Centre de crise – qui en compte quatre – elle se situe. Une évaluation du risque a été demandée à l’Organe de coordination de l’analyse de la menace (OCAM), un organe placé sous l’autorité des ministres de l’intérieur et de la justice, et alimenté par les informations des services de renseignement militaire et civil.

DES ARRESTATIONS EN 2008

Ce n’est pas la première fois que les autorités belges redoutent des attentats. Plusieurs cellules islamistes ont été démantelées dans le royaume, qui servirait de base logistique à divers réseaux. Des procès pour terrorisme ont eu lieu à Bruxelles et permis de mettre au jour des projets d’action depuis 2001.

A la fin de 2007, les autorités avaient craint un attentat durant les fêtes de fin d’année à Bruxelles et annulé diverses manifestations. En 2008, des arrestations ont eu lieu, dans la crainte d’une possible action contre un Sommet européen.

Les mesures prises depuis dimanche pourraient être motivées par les informations circulant sur divers sites islamistes radicaux suite aux révélations sur l’action des troupes de l’OTAN en Afghanistan et la mort accidentelle de civils innocents qu’elles ont parfois causées.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :