samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Espionnage : le Liban évalue des "questions de sécurité" liées au (...)

Espionnage : le Liban évalue des "questions de sécurité" liées au BlackBerry

AFP

jeudi 5 août 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Les autorités libanaises mènent une évaluation des "questions de sécurité" liées au téléphone multifonctions BlackBerry après des arrestations d’agents présumés d’Israël dans le secteur des télécoms, a déclaré jeudi à l’AFP un responsable de cet organisme.

"L’Autorité de régulation des télécoms mène une évaluation portant sur des questions de sécurité concernant BlackBerry", a affirmé à l’AFP Imad Hoballah, PDG par intérim de l’Autorité de régulation des télécoms.

"Ceci est dû à l’augmentation des problèmes de sécurité au sein des réseaux de télécommunications", dans le pays, a-t-il indiqué.

Il faisait référence à l’arrestation au cours des dernières semaines de trois employés travaillant dans le secteur de la téléphonie mobile, soupçonnés de collaboration avec l’Etat hébreu.

M. Hoballah a précisé que l’Autorité de régulation allait entamer la semaine prochaine des discussions avec le fabricant canadien du BlackBerry, Research in Motion (RIM).

"La question porte sur l’accès des autorités (libanaises) aux données (des communications via Blackberry) de manière à respecter l’application de la loi", précise-t-il.

Les appareils de RIM présentent selon les experts un niveau de cryptage des données supérieur à la plupart des "smartphones", rendant très difficile la surveillance de leurs utilisateurs.

L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont décidé récemment de suspendre des services du BlackBerry, exigeant de pouvoir surveiller les téléphones multimédias du Canadien.

Ces pays du Golfe censurent l’accès à internet, notamment aux sites pornographiques ou présentant des images dénudées, ainsi qu’à certains sites politiques.

En Inde, le gouvernement avait évoqué des questions de sécurité nationale et la difficulté d’un "monitoring du BlackBerry", menaçant d’interdire certains services des appareils de RIM dans le pays, l’un des marchés télécoms les plus attirants au monde.

"Nous avons besoin de passer un accord avec BlackBerry ou du moins de nous entendre avec la compagnie en vue d’appliquer la loi (...) concernant l’accès aux données ou aux serveurs", a précisé M. Hoballah.

Une centaine de personnes soupçonnées de collaboration avec l’Etat hébreu ont été arrêtées depuis 2009 dans le cadre d’une vaste campagne menée par les services de sécurité. Beaucoup ont été arrêtés grâce aux données de téléphonie mobile.

Dans une déclaration à l’AFP, l’agent du BlackBerry au Liban, Moustapha al-Chab, s’est dit confiant que la compagnie et les autorités parviendront à une entente.

"Si le Liban suspend lui aussi les services du BlackBerry, la compagnie sera affectée et je doute qu’elle veuille perdre cette part du marché au Moyen-Orient après l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis", a-t-dit.

Le Liban compte quelque 60.000 abonnés à un BlackBerry, disponible sur le marché local depuis un an et demi, selon M. Chab.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :