mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > En camp d’été contre le terrorisme islamique

En camp d’été contre le terrorisme islamique

Valentine Piedelièvre, le Figaro

mardi 10 août 2010, sélectionné par Spyworld

logo

À Warwick, de jeunes musulmans apprennent à lutter contre l’extrémisme.

Pendant trois jours, près de 1300 jeunes musulmans, hommes et femmes, venus d’Angleterre, mais aussi des États-Unis et du Canada, se sont rassemblés près de Birmingham, dans les locaux de l’université de Warwick, pour trouver des solutions à la montée de l’extrémisme, notamment dans les écoles et les universités. « Al-Hidayah 2010 », sorte de « camp d’été antiterroriste », comme le décrivent les médias britanniques, proposait conférences, débats et activités multiples autour d’un thème central : comment faire face aux arguments des islamistes radicaux ? Parmi les outils proposés : des passages du Coran et des extraits de textes religieux.

« Avec ce que nous avons appris, je suis persuadé que nous pouvons empêcher nos amis, nos voisins et nos collègues de se laisser convaincre par les terroristes », raconte Dawud Qadri, 23 ans, vendeur à Manchester. « Je voulais en savoir plus sur ma religion, qu’on m’explique pourquoi le terrorisme est mal. Les médias adorent dépeindre les musulmans comme des terroristes. Je suis content d’avoir participé à cette initiative pour empêcher cela », explique Moshin Kan, une jeune fille de 19 ans qui vit à Oldham près de Manchester.

Mettre un frein à la « contamination idéologique »

Le docteur Muhammad Tahir-ul-Qadri, un éminent érudit musulman d’origine pakistanaise, est à l’origine de cette initiative sans précédent dans le pays.

En mars à Londres, il avait déjà condamné les terroristes dans une fatwa de six cents pages dans laquelle il soulignait que les actes de terrorisme ne pouvaient trouver aucune justification au nom de l’islam.

Avec « al-Hidayah 2010 », ul-Qadri compte mettre un frein à la « lente contamination idéologique » du radicalisme. « J’annonce une guerre intellectuelle et spirituelle contre l’extrémisme et le terrorisme. Je pense qu’il est temps pour les érudits modérés de l’islam qui croient en la paix de se manifester. Je crois que ma mission est de sauver la jeune génération de la radicalisation et de la vague de recrutement terrorisme à l’Ouest », a-t-il déclaré dans son discours d’ouverture.

Ul-Qadri a annoncé que « des camions antiterrorisme », remplis de livres et de DVD et conduits par des volontaires, allaient prochainement parcourir le Royaume-Uni pour lutter contre les recruteurs d’al-Qaida. « Nous frapperons à toutes les portes », a-t-il dit.

La Grande-Bretagne compte aujourd’hui près d’1,7 millions de musulmans, en majorité originaire du Pakistan. Depuis les attentats de 2005 à Londres qui ont tué 52 personnes, le gouvernement britannique, réputé pour sa tolérance, a tenté à plusieurs reprises de bannir certains prédicateurs radicaux de la capitale britannique. Mais il peine à établir un lien direct entre ces prêcheurs et les organisations terroristes.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :