dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’armée américaine veut "réinventer l’informatique"

L’armée américaine veut "réinventer l’informatique"

Le Monde

jeudi 12 août 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Créer un ordinateur 100 à 1 000 fois plus efficace que ceux que nous connaissons aujourd’hui : c’est l’objectif que s’est fixée la Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency), le laboratoire technologique de l’armée américaine.

Pour développer l’ordinateur du futur, l’agence américaine estime qu’il est nécessaire de revoir les fondamentaux de l’informatique. A l’heure actuelle, note la Darpa, la loi de Moore – le postulat que le nombre de transistors par puce, et donc la puissance théorique d’une machine, double tous les deux ans – reste vraie. Insuffisant, estime l’armée américaine, qui pense que ses besoins en termes de capacités de calcul vont exploser dans les prochaines années.

Pour démultiplier les possibilités des ordinateurs, il faut donc aller chercher ailleurs. L’agence souhaite développer des ordinateurs "hautement programmables, extrêmement performants" et dont les calculs nécessiteront "beaucoup moins d’énergie" qu’aujourd’hui. L’efficacité énergétique permet notamment d’éviter la surchauffe des composants.

UN MILLIARD DE MILLIARDS DE CALCULS PAR SECONDE

Mais pour atteindre ce but, la Darpa estime qu’il est nécessaire de "réinventer l’informatique", en repensant à la fois l’architecture physique des machines et leurs modèles de programmation. L’agence travaillera en collaboration avec le spécialistes des microprocesseurs Intel, le constructeur de cartes graphiques Nvidia, le Massachusetts Institute of Technology et le Sandia National Laboratory. A terme, ce consortium estime pouvoir développer une machine capable d’effectuer un milliard de milliards de calculs par seconde, dans le meilleur des cas, soit une machine presque 600 fois plus puissante que le Jaguar, l’actuel ordinateur le plus puissant au monde.

Comme de nombreux projets de la Darpa, ces recherches structurelles pourraient avoir de nombreuses applications, y compris pour le grand public. C’est dans ce laboratoire de l’armée qu’ont été mis au point, entre autres, la technologie GPS et l’Arpanet, l’ancêtre d’Internet. Il faudra cependant patienter pour voir les premières applications concrètes : le projet ne doit aboutir qu’en 2018.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :