mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le fondateur des renseignements palestiniens inhumé à Gaza

Le fondateur des renseignements palestiniens inhumé à Gaza

AFP

mercredi 18 août 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le chef historique du renseignement palestinien Amine al-Hindi a été inhumé mercredi à Gaza devant des milliers de personnes, après une cérémonie à Ramallah en présence du président Mahmoud Abbas et de son Premier ministre Salam Fayyad.

Amine al-Hindi, 70 ans, qui a dirigé les services de renseignements palestiniens de 1994 à 2005 sous Yasser Arafat et appartenait à la direction de du Fatah et de l’Organisation de libération de la palestine (OLP), a été emporté par un cancer à Amman, où il était hospitalisé depuis plusieurs mois, de sources officielles palestiniennes.

Plusieurs milliers de personnes ont accompagné sa dépouille de sa maison à Gaza à la mosquée Al-Katiba, parmi lesquelles des responsables du Comité central et du Conseil révolutionnaire du Fatah, qui dirige l’Autorité palestinienne, dont certains venus de Ramallah, en Cisjordanie.

Le Hamas, qui contrôle sans partage la bande de Gaza depuis qu’il en a chassé l’Autorité palestinienne en juin 2007, était représenté par Ahmad Youssef, conseiller politique du chef du gouvernement du Hamas Ismaïl Haniyeh.

Auparavant, le corps avait été conduit à Ramallah pour une cérémonie au siège de la présidence où les honneurs militaires lui avaient été rendus.

"Hindi avait été admis au Centre médical du roi Hussein il y a six mois pour soigner un cancer, et les médecins lui avaient retiré une grande partie du foie", a précisé à l’AFP l’ambassadeur palestinien à Amman, Atallah Kheïry.

"Il est ensuite tombé dans le coma et est décédé mardi soir", a-t-il ajouté, indiquant que son corps avait ensuite été transféré à Jéricho (Cisjordanie) puis à Ramallah.

Hindi était soupçonné d’être le dernier responsable présumé encore vivant de la sanglante prise d’otages de sportifs israéliens aux jeux Olympiques de Munich en 1972.

Après avoir opposé son veto à la participation de Hindi aux négociations sur l’autonomie à Taba (Egypte) en 1993, Israël avait autorisé son retour dans les territoires palestiniens en mai 1994, à la suite des accords d’autonomie d’Oslo.

Auparavant, il avait été le bras droit d’Abou Iyad, chef de la sécurité de l’OLP jusqu’à son assassinat à Tunis en janvier 1991, dont il avait repris les fonctions.

Le Palestinien Abou Daoud, "cerveau" de la prise d’otages de Munich, est décédé en juillet 2010 à Damas à 73 ans. De son vrai nom Mohammad Daoud Oudeh, membre du Conseil national palestinien (Parlement) et du Conseil révolutionnaire du Fatah, il avait assumé son entière responsabilité dans l’attentat dans son autobiographie "Palestine : de Jérusalem à Munich".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :