vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le Pentagone annule un programme d’avions espions Lockheed (...)

Le Pentagone annule un programme d’avions espions Lockheed Martin/Embraer

AFP

lundi 16 janvier 2006, sélectionné par Spyworld

logo

L’armée américaine a décidé d’annuler un programme de développement d’avions espions qui devait être réalisé en commun par le groupe américain Lockheed Martin et l’avionneur brésilien Embraer, a indiqué vendredi un porte-parole du Pentagone.

L’annulation du programme, appelé "Aerial Common Sensor", d’un montant de 879 millions de dollars, a été décidée en raison de préoccupations sur son coût et le poids trop élevé de l’avion une fois équipé des dispositifs de surveillance mis au point par Lockheed Martin, a indiqué un porte-parole, William Wiggins.

Embraer avait annoncé le 3 juin 2003 que le groupe allait construire une usine en Floride (sud-est) pour y assembler les appareils.

Le constructeur brésilien a fait part, dans un communiqué à Brasilia, de la suspension de la construction de l’usine qui devait fabriquer des avions de type ERJ 145, destinés à être équipés des équipements de surveillance. Lorsqu’ils sont utilisés par des compagnies aériennes, ces avions peuvent accueillir 50 passagers.

"L’un des plus grands problèmes est que la plateforme que nous et nos partenaires industriels considérions ne pouvait plus accueillir les systèmes complexes que nous voulions installer dessus", a précidé un autre porte-parole de l’armée américaine, Joseph Curtin.

"En fin de compte, et en prenant en considération toutes les analyses, cela n’avait plus de sens en terme de coûts de poursuivre", a-t-il ajouté.

Les revenus du programme pour Lockheed et Embraer étaient évalués à 8 milliards de dollars. L’avion devait servir aux missions de surveillance de l’armée et de la marine américaine, l’armée devant en acheter dix et la marine deux d’ici 2010 et un plus grand nombre non précisé au-delà.

Lockheed Martin avait proposé en novembre de remplacer l’ERJ 145 par un autre appareil fabriqué par le canadien Bombardier, mais le Pentagone a jugé préférable d’annuler l’ensemble du contrat.

La première pierre de l’usine prévue par Embraer en Floride avait été posée mais la construction n’avait pas commencé.

Le constructeur brésilien a affirmé vendredi que l’ERJ 145 "initialement retenu comme plateforme répondait à toutes les exigences à l’époque de la concession du contrat".

Mais "des problèmes liés au poids, à la puissance et au refroidissement ont été identifiés durant les activités initiales de développement du système, montrant la nécessité de son transfert vers une plateforme plus grande".

Tout en se déclarant "déçu", le constructeur brésilien s’est dit prêt à "rechercher de nouvelles opportunités auprès du gouvernement américain avec la même détermination et le même esprit de coopération" qu’aujourd’hui.

"Nous attendons d’autres contrats" aux Etats-Unis pour construire éventuellement l’usine d’assemblage, a indiqué un responsable d’Embraer.

Privatisé en 1994, Embraer est le quatrième constructeur aéronautique civil du monde derrière Airbus, Boeing et le canadien Bombardier.

GIF - 34.8 ko

Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :