samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Alertes à la bombe à Paris : que sait-on ?

Alertes à la bombe à Paris : que sait-on ?

Oriane Raffin, 20minutes.fr

mercredi 15 septembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

La tour Eiffel et une station de RER ont été évacuées mardi...

Au lendemain de l’évacuation de près de 2.000 personnes à la gare RER de Saint-Michel, à Paris, et à la Tour Eiffel, le mystère demeure quant à l’origine de ces fausses alertes à la bombe. Décryptage.

Qui a pu appeler pour lancer les alertes ?

« A mon avis, c’est un très mauvais plaisantin, estime Louis Caprioli, conseiller du groupe Geos et ancien responsable de la DST, contacté par 20minutes.fr. Un plaisantin qui a voulu tourner en dérision les autorités. Mais on peut tout imaginer. » Y compris, selon spécialiste, de fausses alertes de la part de terroristes, pour détourner l’attention jusqu’à une vraie attaque.

A moins que l’entretien de Bernard Squarcini dans le Journal du dimanche n’ait donné des idées à certains... « La menace n’a jamais été aussi grande », affirmait samedi 11 septembre Bernard Squarcini. « Quand on a une communication publique qui montre une France en alerte, même si on a les compétences pour discerner les vraies des fausses alertes, dans le doute, on préfère évacuer », explique Anne Giudicelli, de l’agence Terrorisc de conseil en terrorisme international. « Je reste perplexe quant à l’impact d’une telle communication dans un contexte particulier, le 11 septembre, qui est une date symbolique ».

Que va-t-il se passer désormais pour ces deux alertes ?

Une enquête va être menée par la police judiciaire de Paris. Le 3e district de police judiciaire de Paris est chargé de l’affaire de la gare RER de Saint-Michel, et la brigade criminelle a été saisie pour celle de la Tour Eiffel, des services qui ne sont pas spécialisés dans la lutte contre le terrorisme.

Quelles sont les menaces contre la France ?

Selon Bernard Squarcini, il y a trois principales menaces en France : « Le Français converti qui se radicalise et monte son opération seul ; Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) (...) et les djihadistes », des Français partis se former au terrorisme en Afghanistan ou au Yémen.

« La France est intervenue militairement en Mauritanie en août et a abattu sept membres d’Al Qaida. Le chef du groupe avait alors réitéré des menaces contre la France », détaille Louis Caprioli. « Par ailleurs, la France est engagée en Afghanistan, et la guerre en Irak s’achève. Cet ensemble d’éléments fait que la menace est élevée. »

Néanmoins, lors de ses attentats, Al Qaida ne prévient jamais. Alors qui d’autre ? « Ça peut aussi être les indépendantistes, estime Jean-Vincent Brisset, directeur de recherches à l’Iris. ETA est dans une situation extrêmement difficile, et la France est partie prenante contre l’organisation. » Or, ETA prévient généralement avant ses attentats. « Mais rien n’a explosé. Quand ETA prévient, quelque chose explose », souligne le spécialiste. « Ça peut donc être un fou furieux ou deux anciens artificiers qui avaient un peu trop bu et ont donné des détails crédibles sur la supposée bombe », poursuit-il.

Quand et comment prend-on la décision d’évacuer un site ?

Le plan Vigipirate est en alerte rouge, avec une attention particulière pour les sites touristiques. « C’est tout le système du renseignement intérieur qui établit un niveau d’alerte, en fonction des indices qui vont et qui viennent », explique Jean-Vincent Brisset.

« On est obligé d’évacuer le site quand la menace est aussi élevée sur le territoire et qu’on reçoit ce genre d’appel, surtout quand il concerne des lieux aussi symboliques, le RER, c’était le premier attentat du GIA en 1995 et la Tour Eiffel, le symbole de Paris, était vraisemblablement visée par l’Airbus d’Air France détourné à Alger en décembre 1994 », explique Louis Caprioli.

Néanmoins, quelques précautions sont prises avant évacuation. « Le message de menaces doit être cohérent. Si on a pu l’enregistrer, on fera une analyse de voix. On étudie ce qui a été dit, comment ça a été dit. Il y a tout un travail de psychologie, explique Jean-Vincent Brisset. On a pour consigne de faire parler la personne pour voir si c’est crédible ou pas ». Ensuite, c’est la cellule de crise, en veille permanente dans le cadre de Vigipirate, qui prend la décision d’une évacuation. Dans ce cas, ça remonte jusqu’à la préfecture de police et au ministère de l’Intérieur.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • Alertes à la bombe à Paris : que sait-on ? 17 septembre 2010 00:33, par Eden

    Même si la "piscine" est très au fait du terrorisme, il n’en demeure pas moins que le public est très peu informé et que cela risque de jouer de mauvais tours.
    Nous avons pris l’habitude de penser que la vague d’attentats comme dans les années 90 est bien terminée mais dans l’article ci-dessus, une problématique nouvelle s’impose.
    Elle concerne les nouveaux convertis français.
    Pour le moment ce petit problème ne semble pas effrayer qui que ce soit. Le tout un chacun pense qu’au fond, la petite "gauloise" aux yeux clairs portant voile et hijab n’est pas bien renseignée sur son soudain amour pour l’islam.

    Personnellement, j’y vois une sorte de Takfir qui pourra nous perdre tôt ou tard.

    Le Takfir est une excroissance des frères musulmans égyptiens qui voulaient en quelque sorte "laver plus blanc" être encore plus dogmatique dans la lecture du coran.

    Les moyens d’action étaient d’une extrême perversion puisque les adeptes devaient utiliser l’apparence occidentale au niveau vestimentaire et mieux encore consommer des aliments interdits ainsi que consommer de l’alcool de façon très voyante afin d’endormir la méfiance d’autrui.

    C’est ainsi que le réseau ayant conduit à la destruction du World trade center a opéré. Rasés de près, buvant de la bière et consommant des sandwich au bacon.

    L’utilisation de ces femmes et hommes convertis mais ayant le type Européen risque de poser des problèmes pour le profilage aux aéroports, etc...

    C’est absolument terrifiant en un sens : la parano va vraiment s’installer.