jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’Américaine libérée en Iran nie les accusations d’espionnage

L’Américaine libérée en Iran nie les accusations d’espionnage

Reuters

lundi 20 septembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

L’Américaine Sarah Shourd, libérée par l’Iran après y avoir été détenue plus d’un an avec deux amis sur des accusations d’espionnage, a assuré dimanche n’avoir jamais eu l’intention de traverser la frontière entre l’Irak et l’Iran.

Shourd avait été arrêtée en juillet 2009 en compagnie de deux autres Américains, Shane Bauer et Josh Fattal, alors qu’ils faisaient de la randonnée dans une région montagneuse du nord de l’Irak. Selon Washington, les trois marcheurs se sont égarés aux confins du Kurdistan irakien et ont pénétré par mégarde en Iran.

"Nous n’avons commis aucun crime. Nous ne sommes pas des espions", a déclaré la jeune femme de 32 ans lors d’une conférence de presse à New York.

Les trois Américains, dont deux sont toujours détenus en Iran, "n’avaient pas conscience de la proximité avec la frontière entre l’Irak et l’Iran" lors de leur randonnée. La frontière était impossible "à distinguer", a souligné Shourd.

L’Américaine se trouve "en bonne forme physique", selon les médecins qui l’ont examinée à Oman après sa libération survenue le 14 septembre dernier.

Elle a remercié le gouvernement et les responsables religieux iraniens pour sa libération et a qualifié l’incident "d’immense malentendu".

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a réclamé dimanche la libération de huit Iraniens détenus selon lui illégalement aux Etats-Unis, estimant qu’il avait fait un geste humanitaire en libérant Shourd.

Will Dunham ; Marine Pennetier pour le service français


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :