lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Académie du renseignement : « former une communauté d’esprit (...)

Académie du renseignement : « former une communauté d’esprit »

Ministère de la Défense

mercredi 22 septembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le Premier ministre a inauguré la première session de ce centre de formation très spécial dont un des objectifs est de favoriser la coopération entre services. François Fillon a également rappelé les actions du gouvernement pour renforcer le contrôle démocratique du renseignement.

« Mesdames et messieurs, nous avons créé l’Académie du renseignement dont nous inaugurons aujourd’hui la première session », a déclaré le Premier ministre, François Fillon, devant une assemblée de membres des services de renseignement, lundi 20 septembre à l’Ecole militaire à Paris.

La création de l’Académie , officielle depuis le 13 juillet dernier, est une des mesures emblématiques du renforcement du renseignement en France et dont le Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale , publié en 2008, a été l’élément fondateur.

« Parce que l’identification même des menaces est devenue cruciale, jamais le renseignement n’a été pour notre pays une priorité stratégique aussi haute », a rappelé le chef du gouvernement.

L’objectif de l’académie est de créer « une communauté d’esprit » entre les différentes agences de renseignement françaises. Elle s’adresse à des cadres déjà expérimentés. « Face [aux] menaces, la différence entre l’intérieur et l’extérieur n’est plus aussi tranchée qu’auparavant. Entre le policier et le militaire, les missions sont de plus en plus complémentaires », a expliqué François Fillon.

Entre la nouvelle Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction du renseignement militaire (DRM), la Direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD), le Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (Tracfin) et la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), « le temps des rivalités est révolu », a souligné le Premier ministre. François Fillon a d’ailleurs noté ces dernières années qu’« une véritable évolution des esprits a accompagné les évolutions institutionnelles ».

Le chef du gouvernement a également rendu hommage aux femmes et aux hommes qui, dans le secret exigé par leur mission, mobilisent chaque jour des qualités telles que « la culture ; le sens des évolutions historiques ; la faculté d’anticiper ; la rigueur intellectuelle ; l’expertise technologique ; l’adaptation permanente », au service de la sécurité des français.

L’exigence déontologique

Dans son discours, le Premier ministre a fortement insisté sur « la rigueur déontologique » imposée par « l’idéal démocratique ». « Entre démocratie et renseignement, l’histoire nous apprend que les relations n’ont pas toujours été sereines », a rappelé François Fillon, notant que le gouvernement avait apporté une réponse « dès octobre 2007, avec le vote de la loi portant création d’une délégation parlementaire au renseignement ». « C’est une contrepartie légitime aux pouvoirs particuliers dévolus aux services », a-t-il souligné. Le Premier ministre a toutefois précisé que « le secret a sa légitimité. La transparence absolue est impossible ».

Sources : Portail du Gouvernement (www.gouvernement.fr)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :