vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > CyberStorm 3 : les États-Unis testent leur réactivité face à (...)

CyberStorm 3 : les États-Unis testent leur réactivité face à d’éventuelles cyberattaques

Branchez-vous.com

mardi 28 septembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Les États-Unis procèdent aujourd’hui à un exercice servant à tester sa capacité à faire face à une cyberattaque massive. La simulation « CyberStorm 3 » a débuté ce matin, durera trois ou quatre jours, et est dirigée par le département de la Sécurité intérieure.

L’exercice consiste à tester plus de 1 500 scénarios de cyberattaques potentielles affectant le fonctionnement des infrastructures du pays. Cette simulation, dirigée par Brett Lambo et conçue par le Pentagone et la NSA, a débuté ce matin dans la ville d’Arlington (Virginie), au Centre national d’intégration de la cybersécurité et des communications.

« Cyberstrom 3 » est la première occasion de mettre à l’épreuve le nouveau Centre national d’intégration de la cybersécurité et des communications, qui a ouvert ses portes en octobre 2009.

Plusieurs réactions de défense seront analysées, comme le partage d’informations entre les différents joueurs, la qualité de leur préparation et leurs réactions face à l’apparition en temps réel de différents types de menaces.

Douze pays y tiendront un rôle, en plus de sept ministères américains et d’une soixantaine d’entreprises privées oeuvrant dans les secteurs des communications, de l’énergie et de la finance.

Les partenaires internationaux prenant part à cet exercice de simulation réaliste sont le Canada, l’Australie, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, la Hongrie, le Japon, l’Italie, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Suède et la Suisse.

La simulation de divers scénarios de cyberattaques survient dans un contexte où les États-Unis ont demandé aux pays membres de l’OTAN de se joindre à un projet de cyberprotection coopérative.

Par ailleurs, les Américains ont récemment admis avoir subi leur plus importante cyberattaque en 2008. Une clé USB a permis d’injecter un virus dans les ordinateurs d’une base de l’armée américaine située au Moyen-Orient.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :