samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Dassault : des soucis pour le Rafale aux Emirats ?

Dassault : des soucis pour le Rafale aux Emirats ?

Boursier.com

samedi 2 octobre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le Rafale aurait rencontré des turbulences aux Emirats Arabes Unis... Ainsi, les négociations de vente d’une soixantaine d’avions de combat français se seraient compliquées, car Abu Dhabi aurait récemment approché Boeing au sujet de ses F-18 !

Selon le site internet ’DefenseNews’, Abu Dhabi a récemment demandé au groupe américain des informations "techniques" sur le F18, concurrents du Rafale de Dassault. Une délégation commerciale américaine de haut niveau serait même attendue à Abu Dhabi la semaine prochaine...

Un signe inquiétant pour Dassault, dans la mesure où des discussions de gré à gré, entamées en 2008, se déroulaient jusqu’ici sans accroc notable entre Paris et Abu Dhabi.

Selon le quotidien économique ’Les Echos’, les Emirats auraient pu vouloir envoyer un avertissement à Paris après deux incidents qui les ont agacés, selon des sources concordantes. Ainsi, les Emirats auraient été chiffonnés par un article paru en juin dans ’Le Figaro’ (propriété du groupe Dassault) évoquant l’achat d’équipements de sécurité israéliens par les Emirats, alors que Tel-Aviv et Abu Dhabi n’ont officiellement pas de relations diplomatiques...

Deuxième accroc : un général français a donné il y a quelques mois en public des détails sur les négociations secrètes sur le Rafale !... Il a été depuis appelé à d’autres fonctions, mais Abu Dhabi n’aurait pas apprécié ce manquement à la discrétion...

Une autre explication, plus prosaïque, tient au fait que les Etats-Unis, face à la menace iranienne, font actuellement une campagne active dans le Golfe, à commencer par l’Arabie Saoudite, pour vendre leurs armements. Abu Dhabi aurait été approché dans ce cadre et aurait accepté d’examiner le dossier du F18...

Côté Français, on reste cependant confiant pour l’instant, soulignant que les Emirats ont traditionnellement eu plusieurs sources d’approvisionnement. En examinant un avion concurrent, les Emirats pourraient aussi mettre la pression commerciale sur Paris au sujet du prix des appareils...


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :