samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La plainte qui pourrait clouer au sol les drones de la CIA

La plainte qui pourrait clouer au sol les drones de la CIA

24heures.ch

lundi 18 octobre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Une société américaine, IISi, en accuse une autre, Netezza, d’avoir violé sa propriété intellectuelle. Problème : le litige en question concerne le logiciel qui équipe les avions sans pilote...

L’affaire est compliquée. Elle remonte à l’époque où Intelligent Integration Systems (IISi) et Netezaa étaient partenaires. En 2006, les deux entreprises américaines conjuguent leurs efforts pour développer un logiciel, Geospatial, destinés aux drones armés. Leur client - caché derrière un brouillard de guerre - appartient au "gouvernement".

Mais des désaccords apparaissent bientôt, semble-t-il après que le mystérieux client ait avancé sa deadline pour la livraison du software, relève Fast Company. Le site de news a mis la main sur un échange d’emails entre IISi et Netezza. Il cite le chef du développement d’IISi, qui affirme que Geospatial est "loin d’être prêt pour la production".

IISi quitte le navire avec armes et bagages, mais Netezza entend honorer la commande coûte que coûte. Quitte à livrer un logiciel bugué. Quitte à violer la propriété intellectuelle de son ancien partenaire.

Car IISi attaque, accusant Netezza d’avoir piraté son code. Avec des conséquences graves : les bugs de Geospatial rendent hasardeux l’utilisation des drones Predator, qui pourraient manquer leur cible d’une douzaine de mètres. Dommage collatéral, la procédure pour violation de la propriété intellectuelle a entraîné la révélation de l’identité du fameux client : ce n’est autre que la toute-puissante CIA.

La CIA qui est désormais dans ses petits souliers : le 7 décembre, la juge Margaret Hinkle, de la Cour supérieure du Massachusetts, va publier une décision qui pourrait clouer au sol les avions sans pilote, actifs notamment en Afghanistan dans les combats contre les Talibans. A moins que l’agence décide d’enfreindre une décision de justice ?


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :