lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > La France « très favorable » au partenariat proposé par la Grande-Bretagne

La France « très favorable » au partenariat proposé par la Grande-Bretagne

Ministère de la Défense

vendredi 22 octobre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le Premier ministre britannique David Cameron a présenté devant le Parlement la Revue stratégique de défense et de sécurité. Parmi les annonces faites, la volonté de développer un partenariat spécifique avec la France.

La France s’est déclarée « très favorable » à un partenariat spécifique dans le domaine de la défense et de la sécurité avec la Grande-Bretagne, dans un communiqué émis par la Présidence de la République française, mardi 19 octobre 2010.

« Les décisions annoncées sont courageuses et marquent la volonté du Royaume-Uni d’exercer toutes ses responsabilité au service de la sécurité internationale et celles de nos Alliés. Cette volonté est partagée par la France », précise-t-il.

Cette déclaration fait suite aux décisions présentées le même jour, au Parlement britannique, par le Premier ministre, David Cameron, dans le cadre de la Revue stratégique de défense et de sécurité du gouvernement britannique. Parmi ces décisions, la volonté de développer un partenariat spécifique avec la France, dans le domaine de la sécurité et de la défense.

« Le Royaume-Uni et la France sont des membres actifs de l’OTAN, de l’Union européenne, du Conseil de sécurité des Nations Unies et sont des puissances nucléaires. Leurs intérêts en termes de sécurité nationale sont les mêmes . Nos forces armées sont de taille et dotées de capacités comparables. Il est clair que la France restera un des principaux partenaires stratégique du Royaume-Uni », indique en effet la Revue stratégique de Défense et de sécurité.

Selon le document, il s’agirait donc de développer une coopération plus étroite dans plusieurs domaines :

- Le partage de l’information opérationnelle ;

- Le développement de doctrines militaires communes, ainsi que d’exercices bilatéraux (opérations d’évacuation de non-combattants, par exemple) ;

- Le renforcement de notre coopération pour l’acquisition d’équipements et de technologies militaires, notamment de systèmes aériens sans équipage ;

- Le rapprochement de nos organisations logistiques et plus particulièrement le soutien et la maintenance dans la perspective de l’acquisition de l’avion de transport A400M ;

- Le renforcement de notre coopération pour développer une Base industrielle et technologique de défense plus forte ;

- L’amélioration de notre coopération face aux nouvelles problématiques de sécurité, telles que la cyber-sécurité.

Un sommet franco-britannique, dans le domaine de la sécurité et de la défense, doit se tenir le 2 novembre prochain, au cours duquel devraient être abordés ces projets de coopération en matière de défense entre les deux pays.

Défense britannique : l’Afghanistan reste la priorité

La priorité de la nouvelle stratégie de défense britannique reste l’Afghanistan. Le Premier ministre britannique, David Cameron, a en effet confirmé devant le Parlement, mardi 19 octobre 2010, le maintien de l’effort de guerre sur ce théâtre d’opérations, où sont actuellement déployés environ 10 000 soldats britanniques.

La nouvelle doctrine militaire britannique implique cependant également d’importantes coupes budgétaires, bien que celles-ci restent inférieures à celles subies par les autres ministères : environ 8% de baisse sur quatre ans.

David Cameron a ainsi annoncé la suppression de 42 000 emplois, d’ici 2015 : 25 000 fonctionnaires de la Défense en moins et une réduction des effectifs de 7 000 personnes pour l’armée de Terre, 5 000 personnes pour la Marine et 5000 personnes pour la Royal Air Force .

Parmi les autres annonces faites, le report du programme de modernisation de la force de dissuasion nucléaire, baptisé Trident , à 2016, ou encore le rapatriement des soldats britanniques basés en Allemagne, d’ici 2020.

« Il ne s’agit pas seulement de mesures d’économie visant à maîtriser un déficit public record. Il s’agit de prendre des décisions visant à protéger notre sécurité nationale dans les années à venir », a-t-il déclaré.

David Cameron a néanmoins annoncé le déblocage de 500 millions de livres (plus de 560 millions d’euros) pour soutenir la lutte contre la cybercriminalité et confirmé l’acquisition de plusieurs matériels : la construction de deux porte-avions et la commande 12 hélicoptères de type Chinook au groupe aéronautique américain Boeing.

La Royal Air Force sera également équipée d’avions de transport de types A 400M et C-17, ainsi que de chasseurs Bombardiers de type F-35.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :