mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le budget 2010 du renseignement américain dépasse les 80 milliards de (...)

Le budget 2010 du renseignement américain dépasse les 80 milliards de dollars

AP

jeudi 28 octobre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Pour la première fois, le budget total du renseignement américain a été rendu public, et il dépasse les 80 milliards de dollars (57,4 milliards d’euros).

Les chiffres divulgués jeudi font apparaître une enveloppe de 27 milliards de dollars pour le renseignement militaire. Selon Steven Aftergood, spécialiste des services secrets à la Fédération des scientifiques américains, a estimé que c’était "la publication la plus complète à ce jour".

Le nouveau directeur du Renseignement national, James Clapper, avait promis de faire pression pour que ces chiffres soient révélés. Selon son bureau, la part allouée à son service s’élève à 53,1 milliards de dollars (38,1 milliards d’euros), ce qui représente les budgets de la CIA et de quelques-unes des 16 agences du renseignement aux Etats-Unis.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • 80 milliards de USD pour protéger 308 millions d’américains avec seize agences plus une pour superviser le tout. Soit USD 259 par américain. Ce budget est mis en place par un Gouvernement démocrate.
    La France a périmètre comparable dépense EUR 1 milliard soit à 1,40 EUR/USD, pour 65 millions de français, USD 21,5 par français.
    Les USA dépensent douze fois plus pour le renseignement au sens large que les français.

    On peut toujours expliquer que le FBI à d’autres fonctions que le renseignement mais la différence ne sera pas sensible.
    Comme le démontre l’enquête réalisée par deux journalistes du Washington post , Dana Priest et William Arkin, l’administration américaine a accouché d’un monstre totalement ingérable qui se neutralise lui-même par sa complexité. En résumé la masse de renseignements récoltés est si importante que personne ne peut la digérer. Par lassitude elle n’est plus prise en compte et la fréquence des incidents va augmenter. Les terroristes potentiels sont bien signalés et détectés mais l’information est noyée dans une masse informe.

    Par ailleurs le rapport Flynn publié en 2010 qui décrit le niveau du renseignement sur le théâtre afghan montre bien la médiocrité du système mis en place, depuis sa publication rien n’a changé ou presque.

    Ce constat devrait faire réfléchir d’autant plus que toutes ses dépenses sont financées par des emprunts d’Etat souscrits pour une part non négligeable par la Chine.

    Hélas la machine européenne de Catherine Ashton a nommé le français Patrice Bergamini le 27 juillet 2010 à la tête du Service européen d’action extérieure. Cette entité n’aura la confiance de personne et sa création n’est qu’une dépense de plus qui vient grever inutilement les budgets nationaux.

    On ne peut s’empêcher de saluer la détermination et le brio d’un pays comme l’Iran que la communauté occidentale combat sur tous les fronts et dont le président a été aussi bien élu que le président Karzai. Seuls contre tous les iraniens ont quand même mis la main sur l’Irak, contribué à déstabiliser une force internationale de 40 pays en Afghanistan sans oublier au passage de créer un nouvel ordre chiite au Moyen Orient. La bourse de Téhéran progresse de 40% depuis le début de l’année ce qui est un record historique.

    Bien sur le tableau iranien n’est pas entièrement rose mais quelle branlée magistrale !

    Voir en ligne : le budget 2010 du renseignement américain