vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > GB/Défense : Fox célèbre une coopération franco-britannique "sans (...)

GB/Défense : Fox célèbre une coopération franco-britannique "sans précédent"

AFP

lundi 1er novembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre britannique de la Défense Liam Fox s’est félicité dimanche de la coopération "d’un niveau sans précédent" mais "sans abandon de souveraineté" que la France et la Grande-Bretagne s’apprêtent à nouer mardi, à l’occasion d’un sommet bilatéral à Londres mardi.

Le ministre britannique de la Défense Liam Fox s’est félicité dimanche de la coopération "d’un niveau sans précédent" mais "sans abandon de souveraineté" que la France et la Grande-Bretagne s’apprêtent à nouer mardi, à l’occasion d’un sommet bilatéral à Londres mardi.

Après ce sommet, "la relation sera élevée à un niveau supérieur, le plus élevé jamais atteint (...) sans pour autant compromettre la souveraineté nationale", écrit M. Fox dans une tribune au quotidien dominical Sunday Telegraph.

"Cela n’a pas grand sens que les deux forces militaires les plus puissantes en Europe dépensent plus qu’il ne faut pour dupliquer des capacités accessibles de façon plus économique", explique-t-il en préconisant "des économies d’échelle".

Le but, selon lui, est "de renforcer la relation à tous les niveaux" : entrainements conjoints, coopération bilatérale pour l’acquisition d’équipements et de technologies, inter-opérabilité, échange d’informations.

Pour autant, M. Fox s’emploie à rassurer ceux qui, au Royaume-Uni, redoutent un affaiblissement des capacités opérationnelles britanniques et une dilution dans une Europe de la défense, après l’annonce d’une réduction de 8% du budget défense.

Les mesures qui seront détaillées mardi ne constituent pas "une réédition du projet de coopération militaire accrue dans un cadre européen" annoncé en décembre 1998 par le Premier ministre Tony Blair et le président Jacques Chirac, lors du sommet franco-britannique de Saint-Malo, précise-t-il.

"Pas plus qu’il n’est question d’une poussée en vue de constituer une armée européenne à laquelle nous nous opposons", écrit le ministre.

"Il s’agit d’obtenir des capacités réelles et des résultats tangibles, et prouver que la coopération en Europe n’a pas toujours besoin de se situer à un niveau européen, mais peut se développer à l’échelon bilatéral entre deux états", selon lui.

"Je veux dire très clairement que nous conserverons une capacité militaire autonome permettant de maintenir une force militaire considérable et très efficace sur le terrain", ajoute-t-il.

Le ministre insiste enfin sur le fait que la démarche n’entraînera pas "l’affaiblissement des liens avec l’Allemagne ou avec tout autre partenaire de l’OTAN. Pas plus que cela fragilise la relation spéciale avec les Etats-Unis".

"Bien au contraire, nos partenaires de l’OTAN veulent que les forces britanniques et françaises soient aussi solides, capables et inter-opérationnelles que possible. C’est exactement le résultat auquel va aboutir la nouvelle ère de coopération anglo-française", affirme-t-il.

M. Fox dresse un catalogue des similitudes et intérêts communs aux deux pays, seules puissances nucléaires en Europe, et seules dotées d’une capacité de projeter des forces en nombre significatif, avec les budgets militaires les plus conséquents.

Il note que le retour de la France dans le commandement intégré de l’Otan et son rapprochement vis-à-vis des Etats-Unis, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, ont favorisé le rapprochement transmanche.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :