vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’Iran reporte le procès des randonneurs américains accusés (...)

L’Iran reporte le procès des randonneurs américains accusés d’espionnage

AFP

lundi 1er novembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

La justice iranienne a décidé de reporter le procès pour espionnage des trois randonneurs américains arrêtés en juillet 2009 à la frontière irakienne, a indiqué lundi le procureur général iranien Gholam Hossein Mohseni Ejeie, cité par les médias iraniens.

Ce procès devait s’ouvrir le 6 novembre à Téhéran, mais il a été reporté du fait de l’absence prévisible de l’un des accusés, l’Américaine Sarah Shourd, libérée sous caution en septembre et que la justice a apparemment omis de convoquer en bonne et due forme, a expliqué le procureur général lors d’une conférence de presse.

"J’ai entendu dire aujourd’hui que la date du procès a été reportée", car "la ressortissante (américaine) libérée doit être également convoquée pour que les trois (randonneurs américains) soient jugés", a déclaré M. Mohseni Ejeie, qui est également porte-parole de l’autorité judiciaire iranienne.

Il a expliqué qu’"une date avait été fixée pour examiner le dossier des deux" Américains toujours détenus en Iran. "Mais la justice a soulevé la question de la convocation ou non de la ressortissante (américaine) libérée, et apparemment elle n’avait pas été convoquée", a-t-il ajouté.

Les trois randonneurs américains, Sarah Shourd, 32 ans, Shane Bauer, 28 ans, et Josh Fattal, 28 ans, avaient été arrêtés le 31 juillet 2009 en territoire iranien après avoir, selon Téhéran, franchi illégalement la frontière avec l’Irak.

Ils ont affirmé s’être égarés durant une randonnée dans les montagnes du Kurdistan irakien.

Mais la justice iranienne les a ensuite accusés d’espionnage, ce que Washington a toujours démenti.

L’Iran a libéré en septembre Sarah Shourd, malade, après le versement d’une caution de près de 500.000 dollars, mais Shane Bauer et Josh Fattal sont toujours emprisonnés à Téhéran.

L’avocat des trois Américains, Me Masoud Shafii, n’a pas été en mesure de confirmer à l’AFP le report du procès mais il a précisé qu’il n’avait reçu aucune convocation pour Sarah Shourd.

Il a souligné que le juge aurait aussi pu décider d’ouvrir le procès normalement le 6 novembre, puis le suspendre en attendant la convocation de Sarah Shourd.

La situation des trois Américains est au centre, depuis le début de cette affaire, de divergences entre l’autorité judiciaire, qui a adopté une ligne dure, et le gouvernement, qui a cherché à minimiser l’affaire et à faciliter leur libération.

Ces divergences sont notamment apparues lors de la libération de Mlle Shourd, que le gouvernement avait dû reporter d’heure en heure pendant deux jours après l’avoir annoncée à grand renfort de publicité et qui avait provoqué une vive réaction de la justice. Celle-ci estimait que l’exécutif avait outrepassé ses prérogatives.

Les autorités américaines ont réclamé à plusieurs reprises la libération des randonneurs.

"Nous ne pensons pas qu’il y ait le moindre fondement pour qu’ils fassent l’objet d’un procès et nous regrettons que (les deux Américains encore en Iran) et leurs familles soient soumis à des procédures pénales dont nous pensons qu’elles ne reflètent en rien ce qu’ils ont fait", a encore déclaré la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, fin octobre.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :