dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La récente affaire d’espionnage ne devrait pas nuire au travail de (...)

La récente affaire d’espionnage ne devrait pas nuire au travail de renseignement taiwanais, déclare la Défense

Taiwaninfo.nat.gov.tw

mercredi 3 novembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Après l’arrestation de Lo Chih-cheng, un membre du Bureau du renseignement militaire (MIB) taiwanais, suspecté d’avoir livré des informations militaires classées à la Chine, le ministère de la Défense s’est voulu rassurant, déclarant que les mesures immédiatement adoptées dans le sillage de l’arrestation permettraient de limiter les effets négatifs de cette affaire sur le travail du MIB.

Lo Chih-cheng a été placé en détention lundi et est accusé d’intelligence avec une puissance étrangère. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’officier de renseignement aurait amassé plus de 3 millions de dollars taiwanais en communiquant par l’intermédiaire d’un homme d’affaires taiwanais, Lo Pin, des informations classées à la Chine. Lo Chih-cheng effectuait un travail de renseignement depuis 4 ans sur le territoire chinois et Lo Pin lui servait d’informateur. Après avoir été identifié par les services chinois, Lo Pin aurait accepté de travailler pour la Chine et de retourner Lo Chih-cheng, le transformant en son propre informateur, ce dernier acceptant de fournir un travail d’agent double. Depuis 2007, Lo Pin se rendait tous les 4 mois à Taiwan pour prendre possession d’un support informatique contenant les informations rassemblées par Lo Chih-cheng moyennant finances, a rapporté la presse locale.

Les deux hommes sont actuellement en détention. Yu Sy-tue, le porte-parole du ministère de la Défense, a déclaré hier que des mesures avaient été immédiatement prises pour garantir la sécurité des agents de renseignement taiwanais travaillant en Chine et que cette affaire ne devrait pas hypothéquer le travail du MIB.

Wu Den-yih, le Premier ministre, a également réagi à cette affaire, estimant qu’elle s’inscrivait dans cette « guerre sans coup de feu tiré », que se livrent Taipei et Pékin. Il a insisté, alors qu’il s’adressait à la Commission parlementaire sur la sécurité nationale, sur la nécessité de protéger Taiwan de ce type d’attaque.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :