dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Pyongyang dévoile un site nucléaire « ultramoderne »

Pyongyang dévoile un site nucléaire « ultramoderne »

Sébastien Falletti, le Figaro

lundi 22 novembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Washington a dénoncé dimanche l’attitude « belliqueuse » du régime nord-coréen.

Les soupçons de la communauté internationale se confirment : la Corée du Nord développe bien un programme d’enrichissement d’uranium. En grand secret, Pyongyang a construit un nouveau site « ultramoderne » qui pourrait lui permettre de renforcer son arsenal atomique en utilisant cette technologie alternative à la production de plutonium. Cette révélation a été orchestrée par le régime lui-même via le savant américain Siegfried Hecker, de l’université de Standford. Le 12 novembre, celui-ci a été invité à visiter la nouvelle usine à Yongbyon, là même où, en 2008, la Corée du Nord avait démantelé ses installations suspectes sous la pression américaine.

« Étonnamment moderne »

L’ancien directeur du laboratoire nucléaire de Los Alamos est resté « stupéfait » en découvrant, dans un bâtiment jusqu’ici inconnu des services de renseignement, une salle de contrôle « étonnamment moderne », digne du dernier cri technologique occidental. Sa surprise n’a fait que grandir en regardant à travers les deux grandes baies vitrées : « Au lieu de voir quelques petites cascades de centrifugeuses, nous avons vu une usine moderne, avec plus d’un millier de centrifugeuses, toutes nettement alignées », écrit le chercheur dans un rapport envoyé aux autorités américaines. Les responsables nord-coréens affirment que 2 000 centrifugeuses y produisent déjà de l’uranium faiblement enrichi (3,5 %), à des fins purement civiles. L’objectif serait de fabriquer de l’électricité afin de relancer l’économie exsangue du royaume ermite. La construction d’un nouveau réacteur à eau légère, découvert récemment, semble confirmer cette thèse. Toutefois, Hecker souligne les implications inquiétantes de sa découverte. La maîtrise de la technologie de l’enrichissement à des fins civiles permet en effet de produire de l’uranium hautement enrichi (90 %), indispensable pour fabriquer une bombe.

Un « acte provocateur »

Washington ne laissera pas le bénéfice du doute à Kim Jong-il et a immédiatement dénoncé un nouvel « acte provocateur », jugeant l’attitude de la Corée du Nord « belliqueuse ». L’Administration Obama prend très au sérieux cette nouvelle découverte, qui confirme la détermination de Pyongyang à poursuivre coûte que coûte son bras de fer atomique, en dépit des préparatifs de succession au profit du jeune Kim Jong-un. Le régime, qui a conduit deux tests atomiques en 2006 et 2009, posséderait assez de combustible pour fabriquer une demi-douzaine de bombes d’une puissance équivalente à celle d’Hiroshima, selon les experts américains.

La Maison-Blanche a dépêché sur le champ en Asie son envoyé spécial pour la Corée du Nord afin de trouver la parade. Stephen Bosworth est arrivé dimanche chez l’allié sud-coréen qui a fait part de sa « très grave inquiétude » . Le diplomate américain se rendra ensuite à Tokyo et Pékin pour tenter de sortir de l’ornière les pourparlers à six, gelés depuis avril 2009.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :