lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > La Belgique pas plus exposée aux attentats que les autres pays

La Belgique pas plus exposée aux attentats que les autres pays

A.L. avec B. Henne, RTBF.be

jeudi 25 novembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Pour Armand De Decker, il faut se féliciter du travail des services de renseignement qui a permis le coup de filet antiterroriste de ce mardi. Le risque terroriste n’est pas plus élevé en Belgique que dans les autres pays européens.

Les deux opérations menées mardi de démantèlement de groupes à caractère terroriste "montrent la volonté du monde politique de réagir, d’avancer dans la lutte contre le terrorisme", estime Simon Petermann, professeur à l’Université de Liège, interrogé par Bertrand Henne.

Selon le sénateur Armand De Decker, membre de la commission chargée du suivi parlementaire du Comité permanent de contrôle des services de renseignements et de sécurité, "il y a une très forte activité de ce type de réseaux djihadistes en Europe. Ce que l’on craint souvent, c’est que la Belgique serve de base arrière à des opérations vers des pays voisins comme la France, la Grande-Bretagne ou l’Allemagne. Depuis plusieurs semaines, des pays voisins sont en niveau d’alerte maximum et craignent un attentat terroriste en Europe prochainement. Nous ne sommes pas isolés du reste de l’Europe. Au contraire, nous sommes au cœur de l’Europe. Et donc tous nos services de renseignement travaillent ensemble au niveau européen, sont en contact permanent, s’échangent des informations. C’est un travail qu’il faut saluer d’ailleurs parce que, si jusqu’à présent nous n’avons pas connu d’attentat et que beaucoup d’attentats ont pu être évités en Europe, c’est grâce au travail de ces services de renseignement".

Alerte terroriste raisonnable

Simon Petermann explique que "les informations, semble-t-il, qui ont mené aux opérations antiterroristes menées notamment à Bruxelles émanaient d’Italie. Cela signifie que les services des différents pays travaillent conjointement. Il arrive un moment où le degré d’alerte est assez élevé et on décide de passer à l’action. Le risque d’attentat en Europe existe de manière permanente depuis les années 1990. Le degré d’alerte terroriste a été maintenu à 2 en Belgique sur une échelle de 5, ce qui est tout à fait raisonnable. Dans les pays étrangers, ce niveau d’alerte terroriste est plus élevé parce que les autorités ou les services de sécurité et de renseignement disposent d’informations plus fines sur les activités terroristes éventuelles, surtout dans les pays qui sont engagés en Afghanistan. Il y a entre tous ces services de renseignement des relations constructives qui permettent d’éviter des attentats en Europe, et qui permettent aussi de démanteler des organisations ou des réseaux qui sont susceptibles de commettre des attentats".

Armand De Decker indique encore que, "comme les opérations menées mardi sont le résultat d’enquêtes déjà anciennes et que les acteurs principaux ont été arrêtés, l’Organe d’analyse de la menace, qui regroupe toutes les informations des services de renseignement, de la police et du ministère de l’Intérieur, n’a pas estimé utile à ce stade d’augmenter le niveau d’alerte".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :