jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Drones : Paris maintient la concurrence entre EADS et General (...)

Drones : Paris maintient la concurrence entre EADS et General Atomics

Alain Ruello, les Echos

jeudi 25 novembre 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Avant de quitter la Défense, Hervé Morin a demandé que soient engagées des négociations de gouvernement à gouvernement avec les Etats-Unis pour un éventuel achat de Predator.

Le ministère de la Défense continue de faire jouer la concurrence entre EADS et General Atomics pour assurer la pérennité de sa flotte de drones, ces petits avions sans pilote très utilisés pour des tâches de renseignement. Peu avant de quitter ses fonctions, l’ex-ministre de la Défense Hervé Morin a discuté deux fois du sujet avec Louis Gallois, le président exécutif du groupe européen. Mais il a également demandé que soient engagées des négociations officielles avec les Etats-Unis en vue d’un achat éventuel de Predator fabriqués par son concurrent américain.

La procédure dite « foreign military sales », ou « FMS », est assez stricte. Elle suppose dans un premier temps que le pays demandeur transmette par voie diplomatique une demande à Washington. Les autorités américaines mettent alors au point une proposition commerciale en liaison avec le ou les industriels concernés. Mais elles doivent, avant de la soumettre en retour, demander l’accord du Congrès. Tout cela peut donc demander plusieurs mois.

Le groupe européen inquiet

Suite à la demande de l’ancien ministre de la Défense, un courrier a donc été préparé. Avec le remaniement, c’est désormais à Alain Juppé de décider ou non de le signer. Cette perspective inquiète EADS au plus haut point. Certains, en interne, craignent qu’une fois engagée une négociation de gouvernement à gouvernement, il soit difficile de faire marche arrière. Déterminé à tuer le Predator, qui a pour lui d’être a priori moins cher et plus moderne, le groupe européen propose de moderniser les quatre Harfang qu’il a vendus à l’armée de l’air et d’en fabriquer deux de plus. La DGA a demandé un engagement jusqu’en 2023.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :